Preview Free Agency 2001 (1/5) : Les meneurs

Free Agency 2001 : Le point sur les meneurs

Pour entamer la nouvelle ère de la Free Agency, autant marquer le coup avec une grande preview de la Free Agency, poste par poste (ça rythmera aussi un peu la Draft pour ceux qui n’en attendent pas grand-chose ^^). Tous les matins, un poste sera décortiqué avec une dizaine de noms, voire plus si le réservoir de Free Agent disponible est important. On commence par les meneurs !
Poste ô combien stratégique, le poste de meneur est des plus intéressants pour cette Free Agency. Avec 5 joueurs ayant le niveau d’un titulaire et plusieurs meneurs intéressants en sortie de banc à proposer, il y en a pour tous les goûts (et toutes les bourses). On fait un rapide point dans cet article.
 –
Sam Cassell :
C’est le gros poisson au poste de meneur. À 31 ans, le meneur sort de 3 saisons pleines conclues par 3 participations au All-Star Game et 3 places dans une All-NBA Team. Il tourne encore à 19 de ranking en saison régulière ainsi qu’à 18 points, 6 assists et 4 rebonds. C’est le seul FP disponible à ce poste. Pour l’avoir, il va sûrement falloir mettre le max sur la table.
 –
Kenny Anderson :
Le CCP est déjà revenu sur ce joueur sous-estimé, pas loin de faire partie des 10 meilleurs meneurs de la simu, mais sans discussion possible dans les 15 meilleurs meneurs de la simu. Trop juste pour être un FP, il peut tout à fait être une 3ème option offensive. Un des meilleur handle du jeu, un excellent passing en plus d’être un très bon défenseur. À 30 ans, il sort d’une saison à 12 points, 5 assists, 3 rebonds et 1,5 steals en seulement 26 minutes de jeu. En raison de la faiblesse relative du poste de meneur à cette Free Agency, il devrait recevoir un joli contrat.
 –
Anthony Johnson : 
C’est le seul titulaire en puissance qui n’a pas la trentaine au poste de meneur. À 27 ans, il vient d’achever son contrat rookie aux Denver Nuggets, club dans lequel il est titulaire. La saison passée, il tournait à 6,5 points, 4 assists et 2 rebonds en 23 minutes. Anthony Johnson est bon dans tous les secteurs du jeu, mais n’a pas de réel point fort. Le GM de Denver ayant parlé de possibles changements au poste de meneur, il pourrait être une option intéressante pour une franchise en reconstruction. Et en sortie de contrat rookie, ce ne serait pas forcément le meneur le plus cher.
 –
David Wesley :
Le joueur de 30 ans est le 6eme homme de luxe des Sixers. Il a prouvé son impact dans une équipe qui gagne, mais également sur les deux postes arrières.  Bon passeur (4,5 assists pour 1,8 turnover l’an passé), défenseur intéressant, bon shooteur à 3-points (68 tirs réussis à 35% en saison régulière), David Wesley à tout pour être un titulaire intéressant, voire une option offensive. Il tourne tout de même à 10 points à 42% en sortie de banc dans la meilleure équipe de la Ligue !
 –
Darrick Martin :
5ème et dernier meneur disponible ayant le niveau d’un titulaire, Darrick Martin fut le titulaire des Boston Celtics cette saison. Même s’il a forcé un peu offensivement cette année (13 points à 37%), il reste une des menaces derrière l’arc des plus intéressantes : 106 tirs primés à 35% de réussite. Il est également un bon gestionnaire et un bon défenseur, et n’a que 29 ans. Il devrait avoir une belle revalorisation salariale après une dernière année de contrat à 1,8M, surtout au vu de l’offre des meneurs durant la Free Agency.
 –
Chris Withey :
Le meneur de 30 ans vient de conclure la saison au sein des Indiana Pacers avec une moyenne de 10 points, 3 assists et 2 rebonds en 23 minutes. Son passing dans la moyenne (ratio assist/turnover de 2,0 environ) et sa sélection de shoot douteuse (38% au tir dont 30% à 3-points) font de lui un joueur trop faible pour être titulaire, mais ses qualités sont parfaites pour un dynamiteur en sortie de banc. Pas sûr qu’Indiana compte sur lui, et son envie de gagner en fait un excellent candidat à une MLE chez une équipe en playoffs.
 –
Lindsey Hunter : 
Le meneur de 31 ans vient de finir une 2ème partie de saison très frustrante sur le banc des Sonics, mais sa première partie de saison aux Wizards était très intéressante. Lui aussi présente un bon profil en sortie de banc avec ses qualités au scoring (8 points à 38% en 22 minutes) et surtout au scoring longue distance ( 34 tirs primés en 34 matchs à 34% de réussite). Ce n’est pas un excellent gestionnaire (ratio assist/turnover inférieur à 2,0 en carrière) mais c’est un défenseur costaud. Il est en plus capable de jouer sur les deux postes arrières et ne sera pas conservé par les Sonics selon toute vraisemblance.
 –
Terry Dehere :
Le dernier meneur avec un niveau vert est également celui qui joue le moins. Il n’a en effet disputé que 2 matchs avec les Hornets cette saison ! Barré par Travis Best et Jason Hart, il ne fait aucun doute qu’il cherchera une porte de sortie à la Free Agency. Terry Dehere à beau être polyvalent, il reste un meneur très limité, un passeur médiocre (ratio assist/turnover de 1,5 seulement en carrière) et un défenseur en-dessous de la moyenne. Son principal atout ? Son scoring : 5 points à 40% en 10 minutes l’an passé. Sur les postes 1/2, il peut être un joker offensif sur une quinzaine de minutes, mais guère plus.
 –
Tim Hardaway :
L’ancienne gloire de 35 ans est plus proche de la retraite que d’une place de titulaire en NBA. Le meneur reste néanmoins un excellent gestionnaire comme mentionné dans l’article sur le CCP, mais n’est plus le scoreur prolifique du Run TMC. Néanmoins, il reste capable de coups d’éclats et ferait du bien à de nombreuses équipes en sortie de banc. Et parmis les meneurs disponibles à la Free Agency, c’est le deuxième meilleur passeur derrière Sam Cassell. Ajoutez que les Sonics sont en reconstruction et ne devraient pas prolonger le vétéran et vous avez une pièce de choix pour compléter le banc de la majeure partie des équipes visant les playoffs.
 –
John Stockton :
La légende de 39 ans, meilleur passeur et intercepteur de l’histoire, a décidé de repartir pour une nouvelle saison dans la grande Ligue. À son âge, le physique ne suit plus et ne lui permet plus d’être titulaire, mais John Stockton est l’archétype du parfait back-up au poste de meneur. Extrêmement propre que ce soit au shoot (9 points à 40% en 23 minutes) et surtout à la passe (ratio assist/turnover supérieur à 3), il reste un défenseur roublard et gênant. Il fera du bien à grand nombre de franchises visant une place en postseason.
 –
Dana Barros :
Le meneur titulaire de Detroit commence lui aussi à montrer des signes de fatigue. À 34 ans, le physique devient de plus en plus fragile, mais Dana Barros fait de la résistance. Lui aussi brille par ses qualités au scoring (12 points à 37% seulement mais 110 tirs primés réussis à 34% de réussite, et même 40% de réussite en carrière !). Il reste un défenseur correct et un gestionnaire solide (3,3 assists pour 2,0 turnovers), et même s’il n’a plus sa place en temps que titulaire, il reste une option intéressante en sortie de banc
 –
Charlie Ward :
Le meneur de 30 ans à été le titulaire de la pire équipe NBA de l’histoire, et connaissant l’attrait de Romuald pour les trentenaires, on peut déjà dire qu’il va signer dans une nouvelle équipe durant la Free Agency. Charlie Ward n’a plus le niveau pour être un bon titulaire, mais dans le marasme de Portland, il a prouvé qu’il lui restait de beaux restes : 12 points à 41% de réussite dont 40% à 3-points (133 tirs primés !), 4 rebonds et 3,5 assists en 27 minutes. C’est l’un des meilleurs défenseurs disponibles durant l’intersaison à ce poste, et son 12 de ranking prouve qu’il est capable de belles choses. En sortie de banc, il fera un apport très intéressant. Et pour les équipes en manque d’adresse à 3-points, ne cherchez plus : c’est le meneur Free Agent le plus prolifique derrière l’arc !
 –
Troy Hudson :
Titulaire chez les Suns depuis 2 saisons, le meneur vient d’achever son contrat rookie, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a eu du temps de jeu ! Troy Hudson se révèle être un scoreur médiocre mais complet (11 points en 31 minutes mais à 36% dont 33% de loin). C’est un défenseur léger et un gestionnaire correct (3,0 assist pour 1,6 turnover en carrière). Ses deux plus grosses qualités ? Son âge (25 ans seulement, l’un des plus jeunes meneur Free Agent) et sa polyvalence, vu qu’il fait à peu près tout correctement sur un terrain. Mais ça reste une option en sortie de banc, guère plus.
 –
Cory Alexander :
On rentre maintenant dans la catégorie des rôle players. À 27 ans, le remplaçant des Hawks reste très sous-payé vu qu’il ne touche que le salaire minimum. Son seul espoir d’augmentation, c’est qu’une équipe mise sur sa qualité principale : la défense. Cory Alexander est le meilleur défenseur disponible au poste de meneur ainsi qu’un intercepteur très au-dessus du lot (1,3 steal en 16 minutes). Ce n’est pas un gros scoreur, mais il parvient à tourner à 7 points à 38% (33% de loin) en seulement 16 minutes. Malgré une gestion de la balle assez médiocre, il trouvera du temps de jeu dans une franchise en manque de défenseurs extérieurs.
 –
Bobby Jackson :
Le meneur de 28 ans vient de finir son contrat rookie au sein des Milwaukee Bucks avec une belle série de playoffs contre les Raptors (11 points en 17 minutes de moyenne sur les 5 matchs). Défenseur et gestionnaire dans la norme de la Ligue, il se distingue par une grosse capacité à scorer (8 points en 18 minutes de moyenne sur son contrat rookie). Il ne tire pas toujours à bon escient mais fait partie des dynamiteurs en sortie de banc intéressants.
 –
Eric Murdock :
Le meneur de 32 ans sort d’une saison compliquée passée entre les Kings et le Magic. Bon rôle player, il se distingue par ses qualités d’intercepteur (1,2 steal en 13 minutes). Bon gestionnaire (1,8 assist pour 0,8 turnover), c’est également un scoreur correct quoique incapable de sanctionner derrière l’arc ( 4 points à 40% mais 27% à 3-points). Attention à ne pas lui donner trop de temps de jeu, ses qualités physiques commencent sérieusement à décliner.
 –
Eric Snow :
Joueur de banc chez les Grizzlies, le meneur de 28 ans se distingue par une belle qualité ballon en main qui ne demande qu’à s’affirmer avec un peu plus de temps de jeu. Scoreur médiocre (5 points à 38% en carrière), il est particulièrement inefficace derrière l’arc (27 tirs réussis à 17% en 427 matchs NBA). Il ne se distingue pas par sa défense non plus, mais dispose d’un bon handle et d’un passing solide.
 –
Mookie Blayock :
L’ancien champion titulaire s’approche lui aussi de la fin de sa carrière. À 34 ans, le physique déclinant, il servira d’utilitaire en sortie de banc. Excellent passeur et bon défenseur, ce n’est pas un scoreur naturel mais il est capable d’apporter quelque chose en sortie de banc. Lui aussi devrait être accessible, les Spurs ne devraient pas compter sur lui l’an prochain.

3 pensées sur “Preview Free Agency 2001 (1/5) : Les meneurs

Laisser un commentaire