Preview Free Agency 2001 (3/5) : Les ailiers

Pour entamer la nouvelle ère de la Free Agency, autant marquer le coup avec une grande preview de la Free Agency, poste par poste (ça rythmera aussi un peu la Draft pour ceux qui n’en attendent pas grand-chose ^^). Tous les matins, un poste sera décortiqué avec une dizaine de noms, voire plus si le réservoir de Free Agent disponible est important. Troisième volet ce matin avec les Shooting Forwards disponibles cet été !
Circulez, y’a (presque) rien a voir….
Le poste d’ailier est le poste faible de cette Free Agency, et il est très dur de trouver ne serait-ce que 10 joueurs potables à ce poste. Et si les joueurs ayant le niveau de titulaire sont extrêmement rares, il y a un certain nombre de joueurs capables de faire du bien à beaucoup de bancs. Avec le principe de l’offre et de la demande, nulle doute que les joueurs mentionnés dans cet article toucheront un peu plus que ce qu’ils mériteraient, mais une dizaine de joueurs pour 29 franchises, ça en fait des offres potentielles !
Latrell Sprewell :
Même en prenant le Free Agent phare par poste, le poste d’ailier fait tâche. Latrell Sprewell reste un excellent joueur : doué offensivement  (17 points à 41% dont 34% de loin en 32 minutes),  rebondeur correct (4,3 rebonds) au passing fiable (2,7 assists pour 1,9 turnover) et solide défensivement, c’est une excellente option offensive, voire un lieutenant de luxe pour une équipe visant les playoffs. Mais voilà, Latrell à 30 ans, et à connu un déclin certain cette année. Physiquement, est-ce qu’il peut tenir encore longtemps au haut niveau ? Il y a de l’incertitude concernant Sprewell le caractériel, mais c’est incontestablement l’ailier le plus talentueux disponible.
Doug Christie :
Le joueur des Lakers n’est plus l’attaquant flamboyant des Blazers mais reste un joueur solide des deux côtés du terrain. C’est un bon rebondeur, un très bon défenseur, un intercepteur d’élite et un très bon passeur pour son poste. Notons qu’il peut aussi bien jouer arrière qu’ailier, ce qui est une qualité non négligeable. À 30 ans, lui aussi va chercher le dernier gros contrat de sa carrière. Et pas sûr que les Lakers lâchent le max pour leur vétéran. Il y a un joli coup à jouer, quoiqu’en dise Slam.
Steve Smith :
C’est le deuxième ailier titulaire sur le marché durant l’intersaison. Avec les Cavaliers, ce joueur de 32 ans tourne encore à 14 points (43% au tir, 90% sur la ligne, 36% de loin) accompagné de 4 rebonds et 3 passes en 31 minutes. Il est quelque peu irrégulier mais également capable de coups de chaud remarquables, et il a un petit faible pour les Raptors (27, 26, 21 et 14 points contre eux). Ce n’est ni un gros rebondeur ni un défenseur féroce, mais c’est encore un titulaire solide, expérimenté et complet offensivement.
Michael Jordan :
Dois-je vraiment dire pourquoi avoir le GOAT dans son effectif est un plus ? À 38 ans, sa ligne de stat ferait pâlir bon nombre de joueurs : 15 points, 4 rebonds, 2 assists et 1 steal en 28 minutes. Expérience, puissance offensive en sortie de banc, leadership, défense, aura et attention médiatique. À l’aube de sa retraite, difficile de l’imaginer encore titulaire, mais quels dégâts il peut faire en sortie de banc !
Tracy Murray :
Cet ailier de 29 ans à tout du joker offensif en sortie de banc. Il tourne en 11 points, 5 rebonds et 1,5 assist en 27 minutes l’an passé, mais performait surtout lors de sa période aux Sonics de Seattle. Même si c’est un défenseur médiocre et un passeur tout juste correct, sa capacité à étirer les défenses peut de révéler précieuse. L’an passé, il a réussit 104 tirs à 3-points à un excellent 42% de réussite.
Reggie Miller :
On ne présente plus l’ancienne gloire des Pacers. Comme Jordan, il est sur la fin de sa carrière à 35 ans. Il produit des statistiques bien loin de celles produites lors de son pic de forme, et se contente de 9 points, 2 rebonds et 2 assists en 22 minutes de jeu. Il reste extrêmement fiable dans les tirs longue distance (40%) ou sur la ligne (90%), mais n’est clairement plus aussi affûté pour bien finir les actions, et il ne tourne plus qu’à 40% au tir. Rajoutez à ça une défense passable, un sens du rebond pas très développé et un passing bon mais sans plus et vous aurez un bon joker offensif en sortie de banc, mais guère plus.
Tim Thomas :
Le joueur de 24 ans en sortie de contrat rookie peut se frotter les mains. Après 4 saisons sur le banc des Nuggets, le voici libre de changer de franchise, de prendre plus de responsabilité. Tim Thomas possède un profil extrêmement rare : sa taille et son physique lui permettent de jouer au poste 3 comme au poste 4, et il possède un jeu offensif bien développé, surtout à 3-points. En 18 minutes, il tourne ainsi à 6,5 points, 4 rebonds et 1 assist. Et il est propre le gamin : 46% au tir, 85% au lancer et surtout un 51/107 derrière l’arc, soit 48% de réussite ! Sous peu d’investir un peu d’argent (et donc des coachs), on peut se retrouver avec un titulaire convenable, mais plus probablement avec un excellent soldat en sortie de banc.
Corliss Williamson :
Dans la catégorie des joueurs sous-estimés, je vous présente Corliss Williamson. Le joueur des Rockets est un excellent scoreur malgré une absence totale de qualité à 3-points (aucun tir réussi en carrière !). L’ailier tourne en effet à 10 points en 18 minutes à 46% au tir ! Rajoutons également qu’il est un excellent rebondeur pour ce poste, surtout offensivement (3,6 rebonds). Néanmoins, il n’est ni en grand défenseur, ni un grand passeur, ça qui l’empêche de tenir une place de titulaire.. Mais il a clairement sa place en sortie de banc chez une grosse équipe, tant sa capacité à scorer efficacement et en peu de temps est intéressante. Notons que pour sa première participation en playoffs, il a tourné à 11,5 points en 16 minutes contre les Scorpions.
Rick Fox :
Quand on est un des 6ème homme d’une équipe comme les Chicago Bulls, c’est qu’on est un joueur solide. L’ailier de 31 ans commence logiquement son déclin sportif comme physique, mais il rend toujours de fier services à son GM Bob en tournant à 7 points, 3,5 rebonds, 2 assists et 1 steal en 22 minutes. Outre sa propreté au shoot (44,5% au tir, 37% de loin), sa qualité balle en main est une qualité appréciable (ratio assist/turnover supérieur à 2 ces deux dernières années). C’est un rebondeur très honnête pour son poste, et il est capable de défendre (moyennement) du poste de SG à celui de PF. Encore un couteau suisse très utile en sortie de banc.
Jamie Watson :
On est vraiment dans les utilitaires avec Jamie Watson, qui a néanmoins réussi à se faire une place sur le banc des Raptors après avoir renforcé celui des Lakers, excusez du peu. Pur joker défensif, il apporte tout de même 5 points à 41%, 2 rebonds, 1 assist et 1 steal en 15 minutes. Il est incapable de tirer à 3-points et il n’est pas très technique, voire complètement rustre lorsque qu’il s’agit de faire une passe, mais il est en forme physiquement et gêne son adversaire direct en défense.
Chris Carr :
On aurait pu finir avec Mark Macon (il défend bien, et c’est tout), Charles O’Bannon (il joue des fois un peu aux Lakers, c’est tout) ou Chris Mullin (il shoote, et c’est tout), mais on finit sur un joueur qui n’a jamais réellement eu sa chance dans la grande ligue. À 26 ans, il a passé la majeure partie de sa carrière aux Denver Nuggets. L’an passé, il tournait à 2 points à 42% au tir (44% longue distance) ainsi que 1 rebond en 5 minutes. Qu’est-ce qui me fait dire qu’il a le niveau pour être une rotation intéressante en NBA ? Tout d’abord, sa saison en D-League chez les Sioux Falls Skyforce : 21 points à 45% et 8,5 rebonds en 36 minutes. Quand on survole la D-League, c’est qu’on a sa place sur un banc NBA. L’autre raison, c’est sa 3ème saison NBA chez des Nuggets en plein tanking qui finirent à 24 victoires pour 58 défaites (4ème pire bilan de la ligue). Avec du temps de jeu, Chris Carr tournait alors à 9 points et 4 rebonds en 25 minutes. Reste à voir si quelqu’un lui donnera une chance cet été, et vu la faiblesse de la Free Agency à son poste, il pourrait renforcer un banc et enfin avoir du temps de jeu cet été.

7 pensées sur “Preview Free Agency 2001 (3/5) : Les ailiers

Laisser un commentaire