Hannibal Leaders : Les mains actives en défense

Après les départs à la retraite des premières stars de la Ligue comme Jordan, Olajuwon, Stockton, Malone, Pippen, Strickland, Rice ou encore Rodman. D’autres légendes sont sur le crépuscule de leur carrière NBA comme Ewing, Mullin, Miller ou Tim Hardaway. De nombreux cadres, FP ou ex All-Star dépassent allégrement la trentaine comme Sprewell, Kemp, Payton, Cassell, Baker, Mourning, Eddie Jones, Rider, Houston, Jim Jackson et tant d’autres.

Comme les légendes de la simulation commencent petit à petit à retirer les sneakers, ça m’a donné l’envie de faire un petit récapitulatif des meilleurs joueurs qui ont foulé les parquets d’Hannibal depuis sa création d’un point de vue statistique : matchs, points, rebonds, rebonds offensifs, passes, interceptions, contres et 3-points. Le but serait de le mettre à jour au fur et à mesure des années.

Troisième volet avec les joueurs qui auront fait le plus souffrir les attaques NBA durant ces 7 saisons de l’ère Hannibal, ainsi que la première partie de saison 2002-2003.

 

Les rois du steals

 

1er) Eddie Jones : 1160 interceptions

On tient l’un des grands hommes d’Hannibal. Déjà dans les 20 meilleurs scoreurs de l’histoire de la simu, 10ème au nombre de matchs joués, 3ème au nombre de tirs à 3-points marqués et maintenant leader de la simu aux interceptions. Eddie Jones a été meilleur intercepteur de la Ligue à 3 reprises avec San Antonio et avec les New York Knicks, et détient la meilleure moyenne de steals sur une saison de la simu avec un moyenne de 2,18 stals/match l’an passé !

 

2ème) Jason Kidd : 1094 interceptions

On commence enfin à parler de tonton Jason. Meilleur intercepteur de la Ligue en 1997-1998 avec une moyenne de 2,1 steals par match. Jason Kidd n’est pas adepte des coups de chaud mais est d’une régularité impressionnante. Cette saison, il n’a atteint qu’une fois la barre des 5 steals mais possède néanmoins la 9ème moyenne de la Ligue aux steals.

 

3ème) Penny Hardaway : 1052 interceptions

Présent dans la All-Defensive First Team à 3 reprises et dans la All-Defensive Second Team à 2 reprises, le meneur des Bulls le doit aussi à sa capacité à voler les ballons. Jamais leader dans cette statistique, il est toujours présent dans le Top 5 des intercepteurs de la NBA depuis de nombreuses saisons. Son sommet dans ce domaine est lors de la saison 1997-1998 avec une moyenne de 2,0 steals/match.

 

4ème) David Wesley : 1008 interceptions

Qui ça ? David Wesley est l’une des surprises de ce classement, sachant qu’il n’a joué que 4 saisons en tant que titulaire. Double champion NBA avec les Philadelphia Sixers, il est extrêmement stable et fiable dans ce domaine en tournant entre 1,7 et 1,9 steals/match 6 saisons. Et comme il n’a manqué qu’une petite vingtaine de match depuis le début de la simu, ça lui permet de franchir la barre des 1 000 interceptions en carrière. Il détient également le record d’interceptions en un seul match avec un total de 8 interceptions, record égalé (par Eddie Jones notamment) mais jamais dépassé.

 

5ème) Terrell Brandon : 989 interceptions

Le compère de David Wesley aux Sixers, double All-Star et double champion NBA a été récompensé d’une petite place dans la All-Defensive Second Team en 1999-2000. Lui aussi est très stable avec un moyenne toujours entre 1,5 et 1,9 en 8 saisons NBA. Pas mal pour l’un des meneurs les plus sous-estimé de la simu, et qui apprend actuellement l’art de la défense à Steve Nash à New York actuellement.

 

6ème) Allen Iverson : 983 interceptions

Déjà parmis les meilleurs scoreurs de l’histoire de la simu malgré une saison en moins, Allen Iverson remet le couvert pour les interceptions en occupant déjà la 6ème place (et rapidement la 4ème !). Il tourne à 1,9 steals de moyenne depuis le début de sa carrière, ce qui lui a valu déjà 2 places dans la All-Defensive Second Team.

 

7ème) Brent Barry : 971 interceptions

Brent Barry est toujours bien placé dans l’histoire de la simu avec la 1er place au 3-point et Top 25 aux points est l’un des meilleurs intercepteurs de la Ligue (6ème actuellement cette saison). Il paye un peu ses deux premières saisons à 1,3 et 1,4 steals/match et n’a jamais atteint la barre des 2,0 steals/match sur la saison mais mise sur une régularité énorme.

 

8ème) Gary Payton : 957 interceptions

Le meilleur intercepteur de la saison initiale est en chute libre depuis maintenant deux saisons, mais le champion NBA il y a quelques saisons avec son compère de toujours Shawn Kemp reste une référence dans le domaine du steal. Mais ce n’est pas le joueur le plus âgé de ce classement malgré ses 34 ans.

 

9ème) Doug Christie : 938 interceptions

L’ailier des Lakers est sorti du cinq majeur depuis deux saisons mais reste une arme défensive de choix pour son GM Slam. All-Defensive First Team et All-Defensive Second Team du côté de Vancouver, Doug Christie a perdu de sa superbe mais reste 21ème intercepteur de la Ligue alors qu’il sort du banc !

 

10èmes ex-aequos) Mookie Blayock et Kenny Anderson : 836 interceptions

Derrière Doug Christie, le trou est fait, et personne d’autre n’atteint les 900 interceptions en carrière. Mookie Blayock, meneur de 35 ans et champion NBA avec les Warriors en 1997-1998, et Kenny Anderson, meneur de 32 ans et All-Star en 1995-1996, se partagent la 10ème place de ce classement.

 

Bonus :

6 autres joueurs ont atteint la barre des 800 interceptions : Jon Barry avec 834 steals (meilleur intercepteur de la Ligue en 1998-1999 et co-recordman du record de steals sur un  match), Greg Anthony avec 824 steals (meneur de 35 ans des Wizards), Charlie Ward avec 817 steals (All-Defensive Second Team en 1996-1997), Kerry Kittles avec 816 steals (All-Defensive First Team les deux saisons passées avec plus de 2,0 steals/matchs à deux reprises), Robert Pack avec 803 interceptions (meneur de 33 ans des Wizards) et enfin Ben Wallace avec 803 interceptions également (double DPOY en titre et meilleur intercepteur chez les intérieurs). Mais le futur grand bonhomme dans ce domaine, c’est son coéquipier chez les Wolves, le meneur de 27 ans Brevin Knight. Malgré 2 saisons de moins, il a déjà atteint les 700 interceptions en carrière et fut leader NBA au niveau des steals en 2000-2001 !

 

 

Les maîtres du contre

 

1er) Alonzo Mourning : 1774 blocks

Le roi du contre, c’est Zo Mourning. Meilleur contreur en 1999-2000 avec 280 contres, il n’a figuré qu’à 3 reprises dans la All-Defensive Second Team et jamais en All-Defensive First Team. Il profite du fait qu’il ne manque que très peu de matchs pour être le leader de ce classement, après avoir été 6ème au classement des meilleurs scoreurs et 10ème au nombre de matchs. Il a atteint les 10 blocks sur un match également !

 

2ème) Shaquille O’Neal : 1694 blocks

Deux fois Defensive Player of the Year, le gros Shaq est également deux fois leader aux blocks en 1998-1999 et 2000-2001. Il a atteint la barre des 10 blocks en saison régulière comme en playoffs, possède la meilleure moyenne de blocks sur une saison (3,80 blocks/matchs en 2000-2001, soit 312 blocks), record qu’il est en passe d’exploser avec un moyenne actuelle de 4,3 blocks/matchs !

 

3ème) Shawn Bradley : 1596 blocks

Pas de surprise à la 3ème place avec le troisième meilleur pivot de la simu en la personne de Shawn Bradley. Double Defensive Player of the Year en 1996-1997 et 1997-1998, leader aux blocks ces deux années également, Shawn Bradley est le meilleur contreur sur un match de la simu avec une pointe à 11 blocks en playoffs et en saison régulière ! En playoffs, c’est tout simplement la meilleure performance All-Time, personne n’avait dépassé les 10 contres dans un match de playoffs ! Il paye sa saison à 14 matchs l’an passé qui lui coûte la 1ère place au classement des shoot blockeurs d’Hannibal.

 

4ème) Greg Ostertag : 1553 blocks

Il n’y a qu’un homme qui tient le rythme des trois premiers au classement, et il s’agit de Greg « mains carrées » Ostertag. Très régulier avec les Chicago Bulls qui lui font confiance au poste de titulaire depuis le début de la simulation, il a un pic à 9 blocks sur un match et à 3,1 blocks/match en 1999-2000, soit 255 blocks sur la saison.

 

5ème) Marcus Camby : 1221 blocks

Le meilleur contreur de la Draft 1996 n’est pas Ben Wallace mais bien Marcus Camby. Leader aux blocks l’an passé avec une moyenne de 3,5 blocks/matchs (259 blocks, mais il a fait mieux en 2000-2001 avec 275 blocks mais 8 matchs de plus). Il a atteint également la barre des 10 blocks sur un match mais se concentre un peu plus sur le côté offensif cette saison avec une « petite » moyenne à 2,5 blocks cette saison.

 

6ème) Theo Ratliff : 1212 blocks

Pas le joueur le plus connu de ce classement, le pivot de 29 ans des Washington Wizards joue sur sa régularité avec une moyenne de 2,0 blocks depuis le début de sa carrière qui sont dûes à ses saisons en sortie de banc à Chicago et Washington. Il n’a dépassé qu’à deux reprises la barre des 200 contres sur une saison.

 

7ème) Dikembe Mutombo : 1178 blocks

« Not in my house ! », la phrase culte de Dikembe Mutombo. Block Leader et Defensive Player of the Year pour la première saison Hannibal avec 266 blocks, le pivot de 36 ans se met en retrait petit à petit depuis mais reste un membre indispensable d’une des meilleures équipes de la Ligue chez les Toronto Raptors, et a atteint la barre des 10 blocks également.

 

8ème) Hakeem Olajuwon : 1023 blocks

Le meilleur contreur de l’histoire NBA n’est que 8ème sur la période Hannibal, ce qui reste un exploit en sachant qu’il avait 33 ans lors de la Fantasy Draft ! Auteur de 10 blocks en playoffs et en saison régulière, il était l’un des tout meilleur au début de la simu, mais le poids des âges l’a poussé progressivement sur le banc pour ses dernières saisons NBA. Le retraité 2002 a néanmoins sa place dans le Top 10 assuré pour quelques saisons encore.

 

9ème) Ben Wallace : 975 blocks

Voilà le double Defensive Player of the Year ! Le pivot a un faible record sur un match (8 seulement), mais sort d’une saison à 2,8 blocks/match et 227 contre ! Il est 3ème cette saison derrière le duo Mourning/Shaq et devrait monter rapidement dans le classement.

 

10ème) Jim McIlvaine : 876 blocks

QUI ? Je ne suis même pas sûr que la totalité des GM connaissent ce joueur, remplaçant depuis 6 saisons (aucun match joué en 2001-2002). Mais ses deux premières saisons à 235 et 210 blocks lui permettent de fermer la marche de ce classement, à distance respectable de Ben Wallace néanmoins.

4 pensées sur “Hannibal Leaders : Les mains actives en défense

Laisser un commentaire