Hannibal Leaders : Sakuragi style

Après les départs à la retraite des premières stars de la Ligue comme Jordan, Olajuwon, Stockton, Malone, Pippen, Strickland, Rice ou encore Rodman. D’autres légendes sont sur le crépuscule de leur carrière NBA comme Ewing, Mullin, Miller ou Tim Hardaway. De nombreux cadres, FP ou ex All-Star dépassent allégrement la trentaine comme Sprewell, Kemp, Payton, Cassell, Baker, Mourning, Eddie Jones, Rider, Houston, Jim Jackson et tant d’autres.

Comme les légendes de la simulation commencent petit à petit à retirer les sneakers, ça m’a donné l’envie de faire un petit récapitulatif des meilleurs joueurs qui ont foulé les parquets d’Hannibal depuis sa création d’un point de vue statistique : matchs, points, rebonds, rebonds offensifs, passes, interceptions, contres et 3-points. Le but serait de le mettre à jour au fur et à mesure des années.

Dernier volet avec les joueurs qui auront dominés la bataille sous le cercle  sur ces 8 premières saisons de la simu d’Hannibal !

 

Les rois de la seconde chance :

 

1er) Shaquille O’Neal : 2 062 rebonds offensifs

Encore un classement dominé par le Shaq. Il enchaîne les rebonds offensifs depuis des années, avec 7 saisons comprises entre 3,3 et 3,7 rebonds offensifs par match ! L’an passé, il a atteint la barre des 300 rebonds offensifs sur une saison (303 pour être précis), il n’est que le 4ème à y parvenir après Dennis Rodman, Kevin Garnett et Ben Wallace. Il a un record à 12 rebonds offensifs en carrière et 10 en playoff, ça commence à faire beaucoup en effet.

 

2ème) Alonzo Mourning : 1 905 rebonds offensifs

Derrière le Shaq, le trou est déjà fait car Alonzo Mourning pointe à 157 rebonds offensifs de retard malgré 48 matchs disputés de plus que son concurrent des Scorpions ! Zo compte 6 saisons entre 2,9 et 3,4 rebonds offensifs par match, avec une pointe à 280 rebonds en 1999-2000, 13 rebonds offensifs en carrière mais 8 en playoffs seulement.

 

3ème) Dale Davis : 1 903 rebonds offensifs

Pour compléter le podium, on retrouve un invité surprise avec le pivot de 34 ans Dale Davis. Titulaire 6 saisons à Phoenix entrecoupée d’une saison aux Lakers et d’une autre aux Pistons, Dale tourne toujours entre 2,6 et 3,5 rebonds offensifs par match chaque saison Hannibal. Il a poussé ses records à 289 rebonds offensifs sur la saison 1998-1999, à 12 rebonds offensifs en carrière et 7 en playoffs. Toujours Free Agent, il pourrait convaincre une franchise en manque de rebonds de lui donner sa chance. L’an passé, il tournait encore à 7,6 rebonds en 28 minutes, dont 2,8 rebonds offensifs.

 

4ème) Kevin Garnett : 1 850 rebonds offensifs

Rookie lors de la refonte de la NBA, il tourne à 2,9 rebonds offensifs en carrière. Il a connu 7 saisons entre 2,5 et 3,1 rebonds offensifs par match, mais a eu un coup de chaud durant la saison 1999-2000 où il tournait à 3,9 rebonds offensifs par match, soit 321 rebonds offensifs sur la saison ! Pourtant, il a un record personnel assez faible à seulement 9 rebonds offensifs sur un match, et 8 en playoffs, mais sa régularité lui permet de rester aussi haut dans ce classement.

 

5ème) Vin Baker : 1749 rebonds offensifs

Dans un classement largement dominé par les pivots, Vin Baker fait figure d’exception en sa qualité d’ailier-fort de métier. Malgré 101 rebonds offensifs de moins que Kevin Garnett, il a un peu le même profil de rebondeur extrêmement régulier : 8 saisons entre 2,2 et 3,3 rebonds offensifs par match, une petite pointe à 273 rebonds offensifs en 2001-2002 (due à l’absence de Shawn Bradley dans la raquette des Mavericks), à 9 rebonds offensifs en carrière et 7 en playoffs. Il a déjà 32 ans et pourrait être amené à perdre quelques places dans le futur proche cependant.

 

6ème) Greg Ostertag : 1 721 rebonds offensifs

A 30 ans, le pivot emblématique des Bulls a collectionné les rebonds depuis sa saison rookie en 1995-1996, tournant à 2,7 rebonds offensifs par match en carrière. Il ne dépasse qu’une seule fois la barre des 3,0 rebonds par match en 2001-2002 pour un record à 231 rebonds offensifs sur la saison. Ses records en carrière sont de 11 en saison régulière et de 8 en playoffs. Comme pour les contres, Greg Ostertag est un outsider très sérieux dans le classement défensif All-Time.

 

7ème) Antonio McDyess : 1 708 rebonds offensifs

L’ailier-fort de 29 ans, lui aussi rookie lors de la saison initiale, tourne à 2,8 rebonds offensifs par match en carrière. C’est un rebondeur irrégulier qui a néanmoins atteint la barre des 3,0 rebonds offensifs par match à 4 reprises avec un coup de chaud en 1999-2000, où il tournait à 3,3 rebonds offensifs par match (soit la bagatelle de 270 rebonds offensifs sur la saison. Ses records en carrière sont modestes, 10 en saison régulière et 7 en playoffs.

 

8ème) Ben Wallace : 1 690 rebonds offensifs

Le monstre défensif de la cuvée 1996 est le premier rookie de ce classement. Il tourne à 3,1 rebonds offensifs par match en carrière, et seule sa saison rookie le prive de la 5ème place de Vin Baker. L’an passé, il a atteint carrément la barre des 4,0 rebonds offensifs par match (327 rebonds offensifs), ce qui en fait le deuxième meilleur total sur une saison de l’histoire d’Hannibal derrière Dennis Rodman ! Il a un record porté à 12 rebonds offensifs en carrière, mais seulement 7 dans un match de playoffs. Nulle doute qu’à 28 ans seulement, il a tout le loisir de grimper les échelons de ce classement très rapidement à l’avenir.

 

9ème) Michael Smith : 1 643 rebonds offensifs

On oublie un peu que Michael Smith, en plus d’être l’IronMan de l’histoire d’Hannibal, un dunkeur d’exception et un monstre physique, est aussi l’un de ses meilleurs rebondeurs, surtout offensifs. Malgré une moyenne de minutes en carrière d’à peine 25 minutes par match, il tourne à 2,5 rebonds offensifs par match en carrière ! Et quand il était titulaire du côté d’Orlando, c’est carrément une moyenne de 3,5 rebonds offensifs par match (291 secondes chances récupérées) qu’il avait, avec des pics à 10 rebonds offensifs sur un match. Son record en playoffs n’est que de 5 rebonds offensifs, ce qui s’explique par le fait qu’il n’ait jamais été titulaire en playoffs. Il est actuellement sur le trading block des Grizzlies et pourrait être un renfort sympathique dans bon nombre de raquettes.

 

10ème) Erick Dampier : 1 615 rebonds offensifs

L’autre rookie de la Draft 1996 cumule les rebonds offensifs également. Il tourne à 2,9 rebonds offensifs par match en carrière avec une pointe l’an passé à 3,8 rebonds offensifs par match, soit 307 rebonds offensifs sur la saison ! Ses record sont à 13 rebonds offensifs en saison régulière (record Hannibal égalé l’an passé contre Denver) et de 7 en playoffs malgré les 19 matchs disputés par le Jazz l’an passé.

 

Bonus :

Outre les 10 joueurs cités précédemment, deux autres joueurs ont atteint la barre des 1 600 rebonds offensifs sur l’ère Hannibal : Chris Webber (1 610) et Shawn Kemp (1 607). Dans un registre bien plus impressionnant, le total de Dennis Rodman est de 1 517 rebonds offensifs malgré sa retraite en 2001 et les dernières saisons disputées en bout de banc. Il faut dire qu’il avait pris de l’avance avec une première saison à 4,48 rebonds offensifs de moyenne, soit 367 rebonds offensifs sur la saison et 13 sur un match ! David Robinson, l’un des recordman du nombre de rebonds offensifs sur un match avec 13 prises, totalise lui 1 237 rebonds offensifs alors qu’il était déjà trentenaire en 1995-1996. Si on excepte les intérieurs, la palme revient à Glenn Robinson et ses 1 122 rebonds offensifs, talonné par Grant Hill qui en totalise 1 018. Mention à Clarence Weatherspoon, tweener au poste 3/4 qui cumule 1 502 rebonds offensifs en carrière ! Un seul joueur plus petit que lui atteint la barre des 1 000 rebonds offensifs en carrière : Sir Charles Barkley avec 1 074 rebonds offensifs. Enfin, petit point sur le futur avec une Draft 1997 prometteuse, non pas grâce à Tim Duncan (1 257 rebonds offensifs tout de même) mais surtout grâce au Lituanien des New York Knicks, Zydrunas Ilgauskas : 1 531 rebonds offensifs en 6 saisons seulement, pour une moyenne de 3,2 rebonds offensifs par match en carrière ! C’est tout simplement la meilleure moyenne NBA actuellement. On peut noter la présence de deux 7 footers avec Shawn Bradley (1 507) et Gheorghe Muresan (1 490) dans les 20 meilleurs rebondeurs de la Ligue. Enfin, dans les joueurs libres, outre David Robinson et Dale Davis, on peut noter la présence de Vlade Divac et ses 1 526 rebonds offensifs, un renfort appréciable en cette fin de Free Agency.

 

 

Les aspirateurs à rebond :

 

1er) Shaquille O’Neal : 6 503 rebonds

En plus d’être le meilleur rebondeur offensif, le 2ème meilleur contreur et le meilleur scoreur d’Hannibal, Shaquille O’Neal en est aussi le meilleur rebondeur tout court : 6 503 rebonds, avec une pointe à 921 rebonds la saison passée et des records à 23 rebonds en carrière (record Hannibal égalé) et 22 en playoffs. La domination du Shaq n’est cependant pas sans partage, car il ne détient aucun record seul.

 

2ème) Kevin Garnett : 6 336 rebonds

4ème meilleur rebondeur offensif, Kevin Garnett monte sur la deuxième place du podium en ce qui concerne les totaux au rebond. Si vous êtes bons en maths, vous avez sûrement observés que la différence des totaux de rebonds n’est que de 167 rebonds, alors que celle pour les rebonds offensifs est de 212 rebonds offensifs. Vous l’avez compris, Kevin Garnett est le meilleur rebondeur défensif de l’histoire d’Hannibal à seulement 27 ans ! Il a un record à 936 rebonds en 1999-2000, mais à 19 rebonds en carrière et 16 en playoffs. Là encore, sa régularité et son peu de matchs manqués lui permettre d’être aussi haut dans le classement.

 

3ème) Alonzo Mourning : 6 330 rebonds 

Zo est dépossédé de sa 2ème place pour 6 petits rebonds mais n’en reste pas moins monstrueux : une pointe à 902 rebonds en 1999-2000, à 20 rebonds en carrière et à 17 en playoffs. Surtout, Alonzo Mourning est le joueur le plus cité de cette grande revue des Hannibal Leaders : 10ème au nombre de matchs joués, 9ème aux turnovers, 3ème au scoring, 3ème au rebond, 2ème au rebond offensif, 1er au contre, le tout nouveau pivot du Heat est dans 6 des 9 classements All-Time d’Hannibal ! Une carrière individuelle incroyable, à qui il ne manque qu’un titre.

 

4ème) Chris Webber : 5 682 rebonds

Derrière le trio de tête, il y a un monde d’écart. Chris Webber ne démérite pas en se positionnant au pied du podium, mais il compte 648 rebonds de retard sur Zo ! Seulement 11ème meilleur rebondeur offensif, il profite de sa domination au rebond défensif pour monter à la 4ème place de ce classement à 30 ans seulement. Il a connu son apogée au rebond lors de la saison 1999-2000 avec 788 rebonds sur l’année et des records à 19 rebonds sur un match et 16 sur un match de playoffs.

 

5ème) Antonio McDyess : 5 623 rebonds

7ème meilleur rebondeur offensif, l’ailier-fort des Bucks monte de deux rangs dans le classement grâce à deux saisons supérieures à 800 rebonds, dont une pointe à 840 rebonds en 1999-2000. Il est monté à 21 rebonds sur un match, et 21 rebonds également sur un match de playoffs. De quoi lui valoir une petite sélection au All-Star Game, et 3 sélections en All-Defensive Second Team.

 

6ème) Shawn Kemp : 5 394 rebonds

Derrière le quintet de tête, le trou est fait. 12ème au nombre de rebonds offensifs, The Rainman est 6ème au total de rebond, mais à distance très respectables de ses prédécesseurs : 1 109 rebonds de moins que Shaq, 897 rebonds de retard sur Zo et encore 229 rebonds de retard sur McDyess. Surtout, l’ailier-fort de 33 ans a énormément ralenti la cadence et est incapable de dépasser les 521 rebonds sur une saison les 3 dernières années. Ses pointes à 818 rebonds en 1998-1999, à 20 rebonds en saison régulière comme en playoffs. C’est à Funky de le remettre en confiance et de lui permettre de se rapprocher de son niveau lorsqu’il était devenu champion NBA et MVP des Playoffs avec Cleveland.

 

7ème) Dale Davis : 5 381 rebonds

Sur le podium des meilleurs rebondeurs offensifs, Dale Davis est un peu plus à la traîne en ce qui concerne les totaux de rebonds. Il a un record à 765 rebonds en 1998-1999, à 20 rebonds sur un match et à 14 rebonds en playoffs. Vu qu’il est Free Agent, il devrait rapidement perdre des places dans ce classement, et ce alors qu’il sort d’une saison à 23 matchs à 10 rebonds ou plus !

 

8ème) Greg Ostertag : 5 335 rebonds

Troisième nomination dans les classements All-Time pour le bûcheron de Chicago. Sans être un rebondeur de génie (deux saisons seulement à plus de 700 rebonds, donc un max atteint en 1999-2000 avec 741 rebonds), il est très fiable mais aussi capable de coups de chaud avec un record à 22 rebonds et 17 en playoffs. Au final, ses qualités défensives très importantes ne ferait-elles pas de Greg Ostertag le meilleur pivot d’Hannibal derrière le quatuor Shaq/Zo/Bradley/Big Ben ?

 

9ème) Erick Dampier : 5 207 rebonds

Ben Wallace est le meilleur rebondeur offensif de la Draft 1996, mais Erick Dampier est encore le meilleur rebondeur tout court de cette cuvée 1996 avec 153 rebonds d’avance sur Big Ben ! Le pivot du Jazz sort de deux saisons monstrueuses à 881 et 922 rebonds, avec des pointes à 22 rebonds en carrière et 19 en playoffs ! L’an passé, il a atteint la barre des 10 rebonds à 68 reprises, et s’inscrit comme l’un des futurs leaders de ce classement.

 

10ème) Dikembe Mutombo : 5 206 rebonds

Le Defensive Player of the Year de la saison initiale clôture ce classement des meilleurs rebondeurs. Un peu plus loin au nombre de rebonds offensifs (20ème avec 1 485 rebonds offensifs), sa présence au rebond offensif lui permet de gagner de nombreuses places même si ses totaux sur Hannibal sont très loin de ceux réalisés durant son contrat rookie (les 4 saisons comprises entre 870 et 1 070 rebonds, contre un record sur Hannibal de 812 rebonds seulement). Ses records sont néanmoins à 22 rebonds en carrière et 19 sur un match de playoff, ce qui reste excellent.

 

Bonus :

5ème meilleur rebondeur offensif, Vin Baker n’est que 11ème au classement total des rebonds avec 5 167 prises. Ben Wallace, 8ème au rebond offensif, et cette fois-ci 12ème avec 5 054 rebonds. Quant à Michael Smith, 9ème au rebond offensif, il est beaucoup plus loin avec seulement 4 764 rebonds. Si on exclue les intérieurs, c’est cette fois-ci Grant Hill qui domine largement le match avec 4 861 rebonds. Seul Glenn Robinson chez les extérieurs dépasse également les 4 000 rebonds (4 193 rebonds pour The Big Dog). En ce qui concerne la cuvée 1997, c’est Tim Duncan (4 553 rebonds) qui prend le dessus sur Zydrunas Ilgauskas (4 506 rebonds) malgré 35 matchs disputés de plus pour le Lituanien ! Chez les retraités, c’est Hakeem Olajuwon et ses 4 512 rebonds qui impressionne le plus, devançant par exemple les papys Derrick Coleman (4 358) ou Charles Barkley (3 760). Comme pour le classement des meilleurs rebondeurs offensifs (17ème avec 1 507 rebonds offensifs), sa fracture de la jambe lors de la saison 2001-2002 prive Shawn Bradley d’une place dans ce classement, lui qui est le 16ème meilleure rebondeur avec 4 775 rebonds au total.

Une pensée sur “Hannibal Leaders : Sakuragi style

Laisser un commentaire