Le meilleur duo, est-ce vraiment celui des Scorpions ?

  • La fin de saison sur NBASlam m’a fait m’interroger sur les duos dans une équipe, et dans l’importance centrale qu’ils ont dans les rosters. Je me suis donc mis en tête de regarder les meilleurs duos sur Hannibal durant cette saison 2003-2004.

D’un point de vue méthodologique, j’ai décidé de prendre les équipes ayant deux joueurs avec 18 de ranking minimum (soit dans le Top 40 de la Ligue au ranking). 12 équipes correspondent à ces critères, il s’agit des franchises suivantes :

  • Boston Celtics : Pau Gasol – Kobe Bryant
  • Chicago Bulls : Kerry Kittles – Penny Hardaway
  • Cleveland Cavaliers : Carmelo Anthony – Carlos Boozer
  • Milwaukee Bucks : Dirk Nowitzki – Antonio McDyess
  • New York Knicks : Ray Allen – Keith Van Horn
  • Philadelphia Sixers : Tracy McGrady – Brent Barry
  • Toronto Raptors : Tim Duncan – Glenn Robinson
  • Golden State Warriors : Jerry Stackhouse – Michael Finley
  • Las Vegas Scorpions : Shaquille O’Neal – Jason Kidd
  • Sacramento Kings : Amare Stoudemire – Allen Iverson
  • San Antonio Spurs : Gilbert Arenas – Antawn Jamison
  • Utah Jazz : Marcus Camby – Erick Dampier

 

On peut déjà faire des premiers constats rien qu’en regardant les 12 duos étudiés :

  • Chaque équipe du Top 3 des deux Conférence à son duo sur lequel s’appuyer.
  • Du côté de Vancouver, on est la seule équipe à ne s’appuyer sur aucun homme fort avec un quintet composé d’Andre Miller, de Josh Howard, de Gerald Wallace, de Troy Murphy et de Nene Hilario qui sont tous entre 13,4 et 18,6 de ranking, ce qui constitue une anomalie unique dans la Ligue.
  • Seul le duo des Cleveland Cavaliers n’est pas en course pour les playoffs, mais c’est aussi le duo le plus jeune.
  • Shareef Abdur Rahim a beau être le meilleur joueur au ranking mais n’a décidément personne sur lequel s’appuyer. Lamar Odom, le 2ème meilleur au ranking des Charlotte Hornets, n’est qu’à 12,6 de ranking par match, soit 20,6 points de moins que Shareef Abdur Rahim ! C’est également le second le plus faible de la Ligue, et vu le bilan de Charlotte, on peut dire qu’on ne peut pas gagner seul, même en étant le MVP.
  • Les compositions de duos ne sont pas du tout également réparties : 3 franchises s’appuyent sur un duo composé de deux joueurs extérieurs (Chicago, Philadelphie et Golden State), 2 s’appuyent sur un duo composé de deux intérieurs (Milwaukee et Utah) tandis que 7 franchises s’appuyent sur un duo composé d’un intérieur et d’un extérieur.
  • Historiquement, la présence d’un duo a toujours été primordiale pour remporter le titre (sauf quand on s’appelle Shaquille O’Neal). Du duo John Stockton – Juwan Howard de la saison initiale en passant par le duo Jerry Stackhouse – Michael Finley ou celui des Cleveland Cavaliers Gary Payton – Shawn Kemp, 6 des 8 champions NBA de l’ère Hannibal se sont appuyés sur un duo à plus de 20 de ranking. Actuellement, 7 franchises répondent à ce critère, le champion de la saison 2003-2004 sera-t’il l’une de ces équipes ?

 

Comparons maintenant l’impact brut des duos sur leurs franchises :

  • On peut voir que 3 duos se démarquent très nettement : le duo des Raptors qui est meilleur scoreur, 2ème rebondeur, 2ème ranking, 3ème contreur, mais aussi le duo des Warriors qui est 2ème passeur (sans meneur !), 3ème scoreur, 3ème ranking, 4ème intercepteur et enfin le duo des Scorpions qui est meilleur rebondeur, meilleur passeur, meilleur ranking, 2ème contreur et 3ème intercepteur.
  • Le duo du Jazz est le plus imposant Inside avec le meilleur total au contre et le 2ème au rebond, mais n’est qu’avant dernier au ranking dû au faible nombre de points (dernier), de passes (11ème) et d’interceptions (10ème).
  • Le duo de Milwaukee, même s’il est composé de deux intérieurs, n’est pas dominant Inside : 4ème au rebond et 4ème au contre. Mais il profite d’un scoring élevé (2ème) pour compenser une 12ème place à la passe et un 11ème place au steal pour aller chercher le 4ème meilleur ranking des duos de l’étude
  • Chicago et Philadelphie, qui s’appuyent comme les Warriors sur un duo extérieur, sont respectivement 1er et 2ème à l’interception, mais aussi 3ème et 5ème à la passe. Mais leur ranking est plombé par le scoring (10ème au scoring et 11ème au ranking pour Chicago, 8ème au scoring et au ranking pour Philadelphie).
  • Les duos de San Antonio et de Cleveland sont les deux plus jeunes de cet étude, et sont assez similaires avec un jeu encore à affiner et sont respectivement 9ème et 10ème au ranking.
  • Du côté de New York et de Sacramento, les deux duos ont un supporting cast très étoffé, ce qui fait que les duos se concentrent surtout sur le scoring (respectivement 4ème et 5ème). Sacramento profite de la présence de son meneur pour se hisser à la 4ème place à la passe et à l’interception, mais c’est New York qui possède le meilleur ranking (5ème contre 6ème pour les Kings).
  • Enfin, le duo de Boston est le duo médian : 7ème au scoring, 6ème au rebond, 7ème à la passe, 8ème à l’interception, 6ème au contre et 7ème au ranking. Il est également très jeune et sera à surveiller dans le futur, à condition d’être bien entouré les années à venir.

 

Mais les stats brutes ne suffisent pas, il faut regarder aussi le poids des duos dans le roster de leur franchise. Quel pourcentage des points marquées par leur équipe représentent-ils, par exemple ? Le poids des duos est le suivant :

  • La donne est quelque peu chamboulée dans le trio de tête. On peut voir que le duo des Scorpions est impliqué dans au moins 30% des totaux de son équipe dans chaque catégorie ! Mais il n’est que le 2ème dans le poids du rating de son équipe, classement que domine le duo de Toronto qui est le seul à dépasser les 40% du ranking de son équipe. Golden State est un peu plus à la traine, mais possède un roster autrement plus complet : là où Toronto et Las Vegas ne possèdent que 4 joueurs à plus de 10 de ranking (19,7 pour Van Exel tout de même), Golden State en possède 6, donc Mike Bibby qui a le 22ème ranking individuel de 20,7 ! A quel point les stats brutes du duo des Warriors peuvent-elles être améliorées si l’effectif de Golden State était moins dense ?
  • Dans le thème des rosters denses, on peut également parler des duos de New York et de Sacramento. New York n’a qu’une seule catégorie où il pèse plus de 30%, le scoring, ce qui explique leur dernière place dans le poids au ranking dans leur franchise. Même constat pour Sacramento, mais là encore la présence d’Iverson permet d’avoir un poids un peu plus important, mais le duo reste avant dernier au ranking.
  • Comme pour les stats brutes, le duo d’Utah est le meilleur au rebond et au contre, mais est 10ème au ranking à cause de sa dernière place au scoring ainsi que sa 10ème place au passing et au steal.
  • On peut voir que certains duos sont mal entourés comme c’est le cas à Milwaukee (2ème au scoring et au contre, 3ème au rebond et 4ème au ranking) et celui de Boston, qui a carrément le pire ranking total des 12 franchises étudiées (2ème au scoring, 3ème au ranking, 6ème au rebond et à la passe).
  • Il en va de même pour les deux duos les plus jeunes qui sont encore dans des franchises en reconstruction : peu en vue quand on regarde les stats brutes, on voit que le duo de Cleveland est 5ème au ranking et au rebond, 7ème au contre et 8ème à la passe. De son côté, le duo des Spurs est 8ème au ranking et à la passe, 6ème au steal et 9ème au scoring.
  • Quant aux deux duos extérieurs, ils ont une importance différente. Là où celui des Sixers est le le 4ème (avec Toronto, Las Vegas mais aussi Sacramento) à être crédité de 25% au moins dans chaque catégorie, ce qui lui permet d’être 6ème au ranking, le duo extérieur de Chicago bénéficie d’un vrai soutien Inside (12ème au rebond et 11ème au block), ce qui fait de lui le 9ème au ranking seulement.

 

En conclusion, on peut quand même laisser le duo champion en titre Shaquille O’Neal – Jason Kidd comme étant le meilleur duo de la Ligue, mais il est talonné de très près par un surprenant duo Tim Duncan – Glenn Robinson qui bénéficie du soutien de poids de Nick Van Exel. Le duo des Warriors est sans contestation le plus dominant outside, et aurait clairement été dans la discussion pour le titre de meilleur duo de NBA si les responsabilités étaient moins réparties. Les duos de Sacramento et de New York sont pénalisés de la même manière Derrière, le duo des Celtics est l’un des duos dont le poids est le plus important pour la franchise et représente un socle important sur lequel bâtir. Les duos des Spurs et des Cavs sont tout de même trop jeunes pour réellement inquiéter les duos phares mais pourraient venir les titiller dans un futur proche. Le duo du Jazz est trop spécialisé dans la défense Inside pour être l’un des meilleur duo, mais bénéficie de l’aide précieuse de Paul Pierce en soutien. Quant à celui des Bulls, il aurait été dans la discussion lors de la signature de Kerry Kittles mais Penny Hardaway commence à sentir le poids des âges et n’est plus le meneur dominant qu’il a été. Les GM de Milwaukee et de Philadelphie sont au final dans la situation la plus instable avec un membre du duo vieillissant et peuvent légitimement se poser la question suivante : faut-il chercher à renforcer l’équipe pour viser plus haut qu’un premier tour ou détruire le duo qui marche bien pour en former un encore plus fort dans le futur ?

Et vous, confrères GMs, quel duo vous paraît dominant ? Lequel vous surprend le plus ?

6 pensées sur “Le meilleur duo, est-ce vraiment celui des Scorpions ?

  • 21 décembre 2017 à 10 h 43 min
    Permalink

    Les chiffres de la paire Duncan-Robinson (pas David, l’autre !) sont assez bluffants. Leur association fait plus de 30 % du boulot, vraiment ?! Et si avec ça, on a un meneur aussi complet que NVE, on tient tout simplement (pour moi) le favori au titre mondial cette saison (et je ne parle pas du reste du cinq).

    • Tkalba
      21 décembre 2017 à 12 h 02 min
      Permalink

      Il fait même plus de 40% du travail dans 4 des 6 catégories étudiées !
      Je ne l’imaginais pas à un tel niveau, mais c’est un niveau monstrueux, et pas que grâce à Duncan, le Glenn Robinson est encore énorme malgré ses 30 ans. Pour le coup, le trio Duncan-Robinson-Van Exel a peu d’équivalent dans la Ligue, peut-être celui des Warriors ou des Kings, mais ça doit être tout

  • 21 décembre 2017 à 12 h 11 min
    Permalink

    Je pensais pas que le duo Shaq-Kidd pouvait être détrôné mais cette année je suis très impressionné par Finley-Stackhouse car je pense que ce sont tous les 2 les meilleurs à leur poste.
    Par contre j’ai pas les ranking de ma 1ere saison mais Howard était 6ème homme pour la 1ere saison, à voir qui de Shrempf ou Sabonis avait le meilleur ranking pour former le « duo » avec Stockton (les 2 étaient all-star cette saison là).
    Sinon l’article est top tu arrives toujours à trouver de nouvelles idées d’article et c’est agréable à lire.

Laisser un commentaire