Hannibal a 15 ans : Les cinq majeurs All-Time, épisode n°2

Parce que ça fait longtemps que je n’ai pas fait un gros dossier sur Hannibal, et surtout parce que les 15 ans d’Hannibal approchent à grand pas, je me suis lancé dans l’écriture d’un tout nouveau dossier : les cinq majeurs All-Time de nos franchises. Complètement inspiré de Trashtalk, l’idée est de se faire une grande rétrospective des joueurs ayant foulé les parquets de chaque équipe durant les 15 saisons d’Hannibal et ses presque 4 ans IRL (juillet 2015, ça commence à dater). Il y aura 6 épisodes, une par division, tous les vendredis jusqu’au 19 juillet, anniversaire du début officiel de la simu. Deuxième volet aujourd’hui avec la West Coast Division, historiquement dominée par une franchise, et qui compte un titre et une finale perdue à son palmarès.

  • Honolulu Turtles

Liste des GM : KraKo (2002-2009), Herta (2009-…)

Plus jeune franchise dans le paysage NBA, les Honolulu Turtles sont l’œuvre de KraKo, son premier GM et créateur de l’idée culotée d’avoir une franchise NBA à Hawaii. Comme beaucoup de Nouvelles franchises, les débuts suite à l’expansion Draft se sont révélés compliqués, mais la franchise a réussie à se créer une identité et à accédée aux playoffs dès la saison 2004-2005, sans jamais réussir à passer le cap du 1er tour. L’arrivée de Herta a dynamitée la franchise des Turtles, qui sont en train de réaliser leur plus belle saison et sont en passe de décrocher pour la première fois de leur histoire l’avantage du terrain en playoffs.

Aucune surprise pour le poste de meneur, tant Chris Paul domine la compétition. Deux fois All-Star, une fois All-NBA Second Team, une fois All-Defensive First Team, deux fois All-Defensive Second Team et deux fois steal leader, le tout en 4 saisons et demi, ça fait déjà un sacré palmarès individuel pour le 1er choix de la Draft 2005. Il est évidemment le meilleur passeur de la courte histoire des Turtles avec 2 554 assists, et le meilleur intercepteur également avec 718 steals. Quelques mentions honorables avec Stephon Marbury, qui y a passé deux saisons dont une en tant que titulaire, ou Khalid El-Amin, le premier titulaire au poste de meneur, ou encore Jameer Nelson, premier bust de l’histoire des Turtles avec sa sélection avec le 3ème choix de la Draft 2004.

Le poste d’arrière à accueilli une superstar cet été avec la venue de Kobe Bryant, double MVP en titre. Sa saison reste très bonne, mais Kobe ne devrait pas réaliser le threepeat pour le MVP avec une saison en seulement 25,8 points, 4,6 rebonds, 4,4 assists et 1,4 steal. Mais il n’a qu’une demi-saison dans les pattes, et ça parait difficile de le mettre déjà titulaire. Joe Johnson a occupé le poste de titulaire à l’arrière pendant deux ans, sans vraiment convaincre son coach. Tout jeune retraité des parquets NBA, Alvin Williams est le premier arrière titulaire des Turtles, sans laisser une marque indélibile. Mais le titulaire au poste d’arrière reste selon moi Gilbert Arenas, auteur de 4 belles saisons à Honolulu, dont 3 à plus de 20 points de moyenne et récompensée d’une saison au All-Star Game. C’est son arrivée à l’été 2005 (et la Draft de Chris Paul) qui permet aux Turtles de passer un cap et d’atteindre pour la première fois les playoffs. C’est pourquoi il mérite, pour le moment, d’être l’arrière titulaire des Turtles.

Le poste d’ailier a aussi vu débarquer une superstar de la Ligue il y a quelques semaines en la personne d’Andreï Kirilenko, déjà 6th man All-Time des Celtics et titulaire des Knicks. Il ne réalisera pas la passe de trois, car son arrivée est trop récente pour être éligible. Il est arrivé en échange de DeMar DeRozan, 5ème choix de la Draft 2009 et qui réalise un début de saison excellent avec notamment un titre de Rookie du mois de Novembre à l’Ouest. Un de ses nouveaux coéquipiers, Jason Kapono, a été le 6th man des Turtles pendant deux ans, et a pris part aux deux seules campagnes de postseason de la franchise. Devean George est le premier titulaire de ce poste, avant d’être échangé six mois plus tard à la trade deadline. Pat Garrity a passé 2 ans aux Turtles en sortie de banc. Mais tout ces joueurs s’inclinent devant Mike Dunleavy Jr. Tout d’abord, parce que ce dernier est le premier joueur drafté par les Turtles avec le 5ème choix de la Draft 2002. Ensuite, parce qu’il est l’ailier avec le plus de matchs sous les couleurs des Turtles avec 238 matchs au compteur (tous en tant que titulaire). Enfin, il a été productif avec 3 578 points au compteur, une sélection en All-Rookie First Team, deux sélections au Rookie Game avec un MVP du Rookie Game en poche, et il a été le premier visage de la franchise.

Comme le poste de meneur, le poste d’ailier-fort ne souffre d’aucune contestation possible tant Chris Bosh dépasse tous les autres. Le 4ème choix de la Draft 2004 est le meilleur scoreur avec 9 750 points inscrits, le meilleur rebondeur avec 3 750 rebonds gobés, le meilleur contreur avec 441 blocks et le joueur avec le plus de matchs sous le maillot des Turtles (477 matchs disputés). Il a été triple All-Star, est le premier Most Improved Player des Turtles et il a reçu une sélection en All-NBA Third Team. C’est le premier visage emblématique de la franchise, son premier franchise player. Son remplaçant, Emeka Okafor, peut être mentionné, tout comme Oliver Miller, premier titulaire au poste d’ailier-fort, ou encore Brandon Bass, qui a passé 3 saisons à Hawaii. Mais c’est à des années-lumières de Chris Bosh.

Le poste de pivot par contre, c’est une autre histoire. Robin Lopez, 14ème choix de la Draft 2008, est un jeune talent qui a eu la confiance de ses deux GM. Le jeune Roy Hibbert, arrivé en cours de saison, semble avoir la confiance de son coach également. Chris Mihm a disputé 4 saisons sous le maillot des Turtles, entre D-League et banc. Chris Andersen a connu deux saisons chez les Turtles entre titulaire et sortie de banc. Jerome Moiso est le pivot titulaire lors des deux premières saisons en NBA de la franchise. Mais le duel pour le poste de pivot réside entre Shaquille O’Neal et Andrew Bynum. Le premier a été All-Star l’an passé, mais n’a qu’une saison et demie à Honolulu sans connaitre les playoffs. Le second est le 2ème choix de la Draft 2005 (derrière Chris Paul), a disputé les 4 saisons de son contrat rookie aux Turtles avant de partir en Free Agent chez les Rockets. Il a la longévité pour lui, mais n’a jamais eu le niveau individuel du Shaq, mais était le titulaire des seuls playoffs de sa franchise. Le talent reste important dans un cinq majeur All-Time, le star system aussi, ce qui donne le poste de titulaire (le 3ème déjà) à Shaquille O’Neal.

En sortie de banc, on peut miser sur les deux futures stars de la franchise que sont Kobe Bryant et Andrei Kirilenko, ou sur la longévité de Jameer Nelson et Andrew Bynum. Pour le moment, le 6th man des Turtles est Andrew Bynum, un des rares joueurs à compter plus de 300 matchs sous le maillot des Turtles (313 pour être exact), 2ème rebondeur (1 893 rebonds) et 2ème contreur (287 blocks) de la franchise.

Récapitulatif : Chris Paul / Gilbert Arenas / Mike Dunleavy Jr / Chris Bosh / Shaquille O’Neal – Andrew Bynum

  • Minnesota Timberwolves

Liste des GM : Mastev (1995-…)

Si Honolulu est la franchise la plus récente, Minnesota n’est pas particulièrement plus vieille dans la Ligue. Les Timberwolves viennent de fêter leurs 20 ans, et le moins qu’on puisse dire, c’est que leur histoire n’est pas pour le moment glorieuse. Avant la Fantasy Draft, les Wolves n’avaient jamais connus les playoffs, et avait établi un record de 29 victoires. Sur les 15 dernières années, c’est un peu mieux avec 9 qualifications en playoffs, mais une seule demi-finale au compteur lors de la saison 2002-2003. A noter que c’est la première franchise abordée qui n’a connu qu’un seul GM ces 15 dernières années.

Beaucoup d’excellents meneurs sont passés par le Minnesota. Steve Nash a été drafté en 3ème position de la Draft 1996, pour être échangé durant sa saison sophomore malgré une saison rookie réussie à 16,7 points de moyenne, mais seulement 3,6 assists par match. Minnesota a accueilli deux autres meneurs de la Draft 1996 en la personne de Stephon Marbury, qui est venu passer trois saisons aux Wolves pour deux éliminations au premier tour, et d’Allen Iverson, qui a aussi passé trois saisons, a été sélectionné au All-Star Game en 2004-2005 et en All-Defensive Second Team en 2006-2007. Avant de faire le bonheur de Toronto, Nick Van Exel était le meneur titulaire de Minnesota. Choisi avec le 10ème choix du 2ème tour de la Fantasy Draft, il a réalisé deux belles saisons à Minneapolis pour un premier tour de playoffs. Jason Williams est resté 9 saisons dans la franchise du Midwest, et détient le record du nombre de matchs disputés sous le maillot des Wolves avec 699 matchs. Mais Brevin Knight a été le titulaire du poste de meneur des Wolves pendant 5 saisons et a fait partie de l’équipe ayant pris part à la seule demi-finale du palmarès de Minnesota. De plus, il est le meilleur passeur (2 278 assists) et le 2ème meilleur intercepteur (657 steals) de la franchise. Et avec 358 matchs, tous dans le costume de titulaire, il a une longévité suffisante pour prétendre au poste de meneur titulaire.

Le poste d’arrière est beaucoup moins prestigieux. Francisco Garcia est dans l’équipe depuis 5 saisons et totalise 373 matchs sous le maillot des Wolves. Steve Francis, 5ème choix de la Draft 1999, a disputé ses deux première saisons NBA sous les couleurs de Minnesota pour une sélection en All-Rookie First Team, 2 sélections au Rookie Game (dont un MVP du match) et 17 points de moyenne. Bob Sura a fait quelques allers-retours entre Vancouver et Minnesota, et il a fait partie du groupe demi-finaliste. Voshon Lenard a connu trois saisons dans le Minnesota entre titulaire et 6th man. Mais en termes de talent, le meilleur arrière des Wolves ces 15 dernières années, c’est Jerry Stackhouse. Il n’est resté que deux ans dans le Minnesota, pour deux sélections au All-Star Game, un titre de Rookie of the Year et une place en All-NBA Second Team.

Le poste d’ailier a souvent été occupé par des arrières, comme Voshon Lenard ou Bob Sura. Ces deux dernières saisons, c’est Mike Miller qui est le titulaire à ce poste, et il tournait à 21,6 points l’an passé (18,4 points cette année). Aaron McKie a passé quelques années dans la franchise de Minnesota, et a fait partie de la bande demi-finaliste en 2003. Mais devant tout le monde, il y a Shane Battier. Il a passé 6 saisons dans le Minnesota, ponctué par une sélection au All-Star Game et 3 sélections en All-Defensive Second Team. Il a disputé 497 matchs sous les couleurs des Wolves, dont il est le meilleur intercepteur avec 733 steals, et compte 7 015 points avec les Wolves.

Si vous avez un doute sur l’ailier-fort titulaire des Wolves ces 15 dernières années, c’est que vous avez un sérieux problème de mémoire (ou que vous n’étiez pas encore arrivés, ce qui est plus compréhensible). Comme pour le Shaq chez les Sixers, un nom sort du lot, de très très loin. Il s’agit évidemment de Shareef Abdur-Rahim, devenu au fil des ans le Franchise Player des Wolves, 4 fois All-Star, deux fois MVP, deux fois meilleur scoreur (32,4 points et 36,2 points), 462 matchs au compteur chez les Wolves, meilleur scoreur de la franchise avec 11 426 points. Il est le seul Franchise Player des Wolves à avoir dépassé le premier tour des playoffs, et il a quelques performances monstrueuses avec ses 47 points et 18 rebonds contre les Lakers en playoffs, ou les 65 points et 20 rebonds contre le Jazz en saison régulière. Et pourtant, il y a des bons joueurs qui sont passés par le poste d’ailier-fort, comme Pau Gasol, qui est dans sa troisième année dans le Minnesota et qui tourne à 19 points par match en 200 matchs sous ce maillot, ou Elton Brand qui a commencé dans le Minnesota avant d’être échangé à Washington, ou Tim Thomas, qui compte 4 saisons (dont deux et demi dans la peau d’un titulaire), ou encore Popeye Jones, titulaire lors des deux premières saisons post-Fantasy Draft. Mais Shareef Abdur-Rahim est le plus grand joueur de l’histoire des Minnesota Timberwolves.

Chez les pivots, Mastev a accueilli un David Robinson en fin de carrière, fait confiance depuis un an et demi à DeAndre Jordan, 5ème choix de la Draft 2008. Avant ça, c’était Bryant Reeves qui était le pivot titulaire des Wolves. Après, c’est Ben Wallace qui a marqué l’imaginaire des fans de Wolves en se révélant au grand public. En 4 saisons disputées à Minnesota, Ben Wallace a été le Defensive Player of the Year trois fois de suite, de 2001 à 2003. Il a pris part aux meilleures saisons des Wolves dont il est le meilleur contreur avec 788 blocks et le 2ème rebondeur avec 3 346 rebonds. Mais il y a un joueur devant lui ? Le joueur reçu dans l’échange avec Shareef Abdur-Rahim, à savoir Kevin Garnett. Il a passé 4 saisons dans le Minnesota comme Ben Wallace, pour 4 sélections au All-Star Game, 4 sélections en All-NBA Team (une en First, deux en Second, une en Third) et 4 qualifications (et éliminations) en playoffs. Cerise sur le gâteau, c’est le meilleur rebondeur des Wolves avec 3 396 rebonds.

Sur le banc, pas de surprise. On pourrait discuter du mérite de Jason Williams, qui a le record de matchs et de minutes disputées sous le maillot des Wolves. Mais les 3 DPOY de Ben Wallace font la différence, et en font un incontournable.

Récapitulatif : Brevin Knight / Jerry Stackhouse / Shane Battier / Shareef Abdur-Rahim / Kevin Garnett – Ben Wallace

  • Portland TrailBlazers

Liste des GM : Grif (1995-1996), B2ZOMTB (1996-2000), Romuald (2000-2006), Sativa (2006-…)

Mais qu’est-il arrivé à la franchise de l’Oregon ? Championne NBA en 1977, finaliste NBA en 1990 et 1992, Portland avait réussi à se faire un nom dans la grande ligue avec une présence quasi-discontinue en playoffs de 1977 à 1995 (une seule postseason manquée). Depuis la Fantasy Draft, les Blazers n’ont pris part qu’à 2 campagnes de playoffs en 15 ans, pour deux défaites 4-2 au premier tour. Ils sont l’auteur de la pire saison collective de l’histoire avec 7 victoires en 2001-2002 (record détenu aujourd’hui par les Lakers). La reconstruction n’en finit plus, et les Blazers n’ont pas connus les playoffs au 21ème siècle. Un calvaire pour les fans, et Portland peut prétendre au titre pas du tout convoité de pire franchise de ces 15 dernières années…

Un nom se détache clairement au poste de meneur. Il est vrai que le rookie James Harden, 2ème choix de la Draft 2009, peut être un futur très grand de la Ligue. Que Troy Hudson a passé deux saisons dans l’Oregon, mais a connu les playoffs. Qu’Andre Miller a été titulaire deux ans à Portland. Que Brent Price est resté 5 saisons (dont une en titulaire). Que Charlie Ward a été le titulaire pendant 3 saisons. Mais Chauncey Billups a connu 6 saisons aux Blazers. Sa saison rookie tout d’abord, où le 4ème choix de la Draft 1997 va même connaitre les joies du All-Star Game. Suivront 5 années d’exil, avant de revenir à Portland en 2003 en échange de Chris Kaman. Billups a disputé 449 matchs en portant le maillot de Portland, et il est le meilleur passeur des 15 dernières années de la franchise avec 2 631 caviars, ainsi que le meilleur intercepteur avec 512 steals. Malheureusement, il n’a pas connu les playoffs avec Portland, mais c’est loin d’être le seul.

Le poste d’arrière est la propriété exclusive du plus grand joueur de Portland. Le seul à les avoir menés en playoffs. Jesus Shuttlesworth, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’a pas été drafté par les Blazers. Il a été choisi en 4ème position par les Lakers, puis échangé dans la foulée contre Michael Finley. Très bon choix de Portland, car Ray Allen va être All-Star 3 fois lors de son contrat rookie, avec en prime une sélection en All-NBA Second Team. Alors qu’il n’a que 23 ans, il va mener son équipe en playoffs. Mieux, l’année suivante, il va 24,7 points avec 4,3 rebonds et 4,3 assists pour mener les Blazers à un bilan de 57 victoires. Pas suffisant pour avoir l’avantage du terrain, et Portland prendra deux fois la porte malgré un Ray Allen à plus de 25 points sur les deux séries. Son départ à l’intersaison 2000 marque la fin des Blazers, qui n’ont plus connu les 40 wins depuis son départ. Il était jusqu’à l’an passé le meilleur scoreur des Blazers avec 6 810 points en 305 matchs. D’autres bons joueurs ont joués arrière sous le maillot de Portland, comme Vince Carter qui jouera deux saisons à plus de 23 points de moyenne pour deux sélections en All-NBA Third Team. Ou Larry Hughes, le chouchou de Romuald, qui a joué 328 matchs à Portland, la majorité comme titulaire. Enfin, Doug Christie fait partie des joueurs à avoir connu les playoffs à Portland, et y a joué tantôt en arrière, tantôt en ailier. Mais dans le Panthéon de Portland, Ray Allen est dans sa propre sphère, et il attend toujours son successeur. Ray Allen, quant à lui, aura connu 3 franchises. Il est dans le 5 majeur All-Time des trois.

Au poste d’ailier, c’est beaucoup plus disputé. Outre Doug Christie, déjà mentionné, on peut parler de Joe Johnson, qui a été drafté en 4ème position de la Draft 2001 et a joué deux ans à Portland comme titulaire avant d’être transféré. Ou de Walter McCarty et Corliss Williamson, des joueurs de banc qui ont passés respectivement 5 et 4 saisons sous les couleurs noires de de Rip City. Michael Finley a disputé une saison à Portland, et il a été échangé contre le meilleur joueur de la franchise. Grant Hill a été titulaire trois saisons, mais la trentaine bien passée et n’est plus le All-Star qu’il était du côté de Houston. Dahntay Jones, dont Sativa cherche désespérément à se débarrasser, est mine de rien dans sa 4ème saison à Portland. Mais il y a un ailier qui sort du lot, et il s’agit de Stephen Jackson. C’est lui qui a détrôné Ray Allen du sommet des scoreurs de la franchise, avec 8 607 points inscrits en 428 matchs. C’est également le meilleur intercepteur de la franchise avec 1 111 steals. Malheureusement, comme Billups, il n’a jamais connu les playoffs avec Portland.

Le poste d’ailier-fort est historiquement vide à Portland, qui a d’abord accueilli Donyell Marshall, qui n’est même pas resté un an. Puis c’est un Karl Malone en fin de carrière qui a occupé le poste, repris par Kurt Thomas pendant 3 ans. Amare Stoudemire a été drafté en 1ère position par Portland, mais a été échangé dès sa saison sophomore. Derrière, c’est Donnyell Harvey, Stromile Swift puis Grant Hill qui ont récupérés le poste d’ailier-fort titulaire. Dans ce marasme absolu, on va quand même garder Amare Stoudemire, le seul 1st pick de l’histoire de Portland, même s’il n’est resté qu’une saison. Mais que c’est faible….

Le poste de pivot est un peu plus fourni. Au début, il n’y avait rien. Portland bricolait avec Theo Ratliff ou Jermaine O’Neal, 5ème choix de la Draft 1996 et auteur d’une saison rookie ignoble en 6,5 points et 6,8 rebonds. Puis vient le trade Miami / Portland, et Portland récupère Ben Wallace en échange de Jermaine O’Neal. Les deux sont auteurs d’une saison rookie difficile, mais là où Jermaine O’Neal ne va jamais décoller, Ben Wallace va s’épanouir en défense, et avec Charlie Ward, Doug Christie et Karl Malone dans le 5 majeur, il va faire de Portland une des meilleures défenses de la Ligue, et Portland va voir deux fois les playoffs. Puis il sera échangé à Minnesota (contre Larry Hughes), et Portland passera de 57 à 9 victoires après avoir perdu Karl Malone, Ray Allen, Ben Wallace, Doug Christie et Charlie Ward en une intersaison. Après des saisons horribles à vivre, Chris Kaman représente l’avenir du poste de pivot en étant sélectionné au 6ème choix de la Draft 2003. Hélas, après une saison rookie catastrophique avec 4,9 points et 5,5 rebonds de moyenne, il est balancé hors de Portland. Alonzo Mourning va prendre la suite pour devenir le premier pivot depuis la Fantasy Draft à dépasser la barre des 10 points par match, 10 ans après la Fantasy Draft. Zydrunas Ilgauskas suivra pour deux ans, comme Zo Mourning. Dans son opération tanking, Portland se retrouve réduit à titulariser Aaron Gray et Spencer Hawes. La tristesse de la raquette…

En 6th man, deux noms se détachent : Vince Carter, deux saisons à plus de 23 points, et Doug Christie, quatre saisons, deux postseason mais moins fort individuellement. On va partir sur Doug Christie, parce que two-way player, longévité et résultats collectifs sont en sa faveur.

Récapitulatif : Chauncey Billups / Ray Allen / Stephen Jackson / Amare Stoudemire / Ben Wallace – Doug Christie

  • Seattle SuperSonics

Liste des GM : THERAINMAN (1995-2005), Galdosh (2005-…)

Parmi les grands perdants de la Fantasy Draft, Seattle fait partie des premiers noms à être cité. Alors en pleine ascension, porté par un duo dynamique et spectaculaire avec Gary Payton et Shawn Kemp, restait sur 5 qualifications de suite en postseason, dont 3 avec au moins 55 victoires en régulière et une finale de conférence en 1992-1993. Depuis, la franchise a participé à la postseason une année sur deux, et totalise 8 victoires en playoffs depuis la saison 1995-1996, pour aucun tour de playoff passé. Une tragédie pour une des équipes phare des années 90, relégué dans l’anonymat pendant de longues années.

Le poste de meneur a été pour le moins mouvementé du côté de Seattle. C’est Sam Cassell qui a été le premier à hériter de ce poste pour deux saisons, correctes mais loin d’être mémorables, et sans atteindre les playoffs. C’est ensuite Rod Strickland qui est récupéré pour deux saisons également, pour deux campagnes de playoffs. Rod Strickland est ensuite échangé au cours de la 3ème saison et sera remplacé par Tim Hardaway, qui restera encore moins longtemps, un an et demi seulement. Après quelques mois au fond de la Ligue avec Jacques Vaughn en titulaire, les Sonics misent sur Earl Boykins qui va être titulaire 5 ans, en alternance avec Speedy Claxton, présent dans l’équipe pour 4 ans. Depuis cette saison, c’est JJ Barea qui était titulaire, mais il s’est fait échanger au bout de 6 mois pour Jose Calderon. En 15 saisons, les Sonics ont connus 8 meneurs titulaires, et aucun ne s’est réellement imposé à la mène émeraude (aucun meneur All-Star sous les couleurs des Sonics). On va donner le poste à celui qui a le plus de matchs, à savoir Earl Boykins. En 6 saisons avec les Sonics, il totalise 342 matchs et 1 448 assists, plus que n’importe quel autre meneur des Sonics ces 15 dernières années. Au fond, le meilleur meneur des Sonics, c’est celui qui n’y a pas joué. Il s’agit d’Allen Iverson, échangé aux Pacers contre 2 picks, Jon Barry et Vin Baker.

Le poste d’arrière par contre, il a connu de vraies stars. Enfin pas tout de suite, vu que c’est Brook Thompson qui est le 1er titulaire à ce poste (passage assez oubliable), puis Jon Barry pour un an également. Mais ensuite, les Sonics ont pu se payer trois saisons de Michael Jordan, dont deux à plus de 20 points par match ! Le départ de Jordan a entrainé une reconstruction, et il a été remplacé par Ron Mercer, qui a été le titulaire attitré des Sonics pendant 4 saisons. Puis c’est le fils spirituel de Jordan qui prend sa place. Kobe Bryant arrive pour 4 saisons de folie, conclues malheureusement par 4 éliminations au premier tour. Mais le bilan individuel du Black Mamba est fou avec 2 titres de MVP, 4 nominations en All-NBA First Team et 4 sélections au All-Star Game. Il termine 3 saisons à plus de 30 points de moyenne, pour deux titres de meilleur scoreur de la Ligue. En 328 matchs, il va inscrire la somme impressionnante de 10 261 points, ce qui fait de lui le meilleur scoreur des Sonics ces 15 dernières années. Mais l’idole de la City Emeraude est partie durant l’intersaison au profit de Gilbert Arenas (entre autres), qui peine beaucoup à faire oublier Kobe.

Le poste d’ailier, par contre, c’est le désert. Scott Burrell y a passé deux ans juste après la Fantasy Draft. Michael Redd et Danny Granger se sont partagés le poste entre 2005 et 2008, le premier ayant même été nommé au All-Star Game. Matt Barnes l’a récupéré cette année. Hubert Davis et Tracy Murray se sont partagés le poste pendant quelques années aussi. On aurait pu mettre en avant le 2ème joueur des Sonics avec le plus de matchs disputés sous les couleurs de Seattle. Si quelqu’un sait de qui il s’agit, bravo à lui. Mais il n’est pas assez performant pour mériter le poste d’ailier titulaire All-Time des Sonics, désolé Ed Gray. Je préfère décaler Josh Smith au poste d’ailier, même s’il a joué majoritairement au poste d’ailier-fort. On reparlera de lui très vite.

Le poste d’ailier-fort est plus fourni, avec quelques joueurs de grand talent qui sont passés sous les couleurs de Seattle, mais parfois pour trop peu de temps. Rasheed Wallace a fait partie de la première équipe des Sonics post-Fantasy Draft, mais a été échangé trop vite et est devenu All-Star ailleurs. Pareil pour son remplaçant, Vin Baker, qui n’est resté qu’un an avant d’exploser ailleurs. Danny Fortson a occupé le poste pendant 4 ans, sans grande réussite individuelle ou collective. Et puis arriva la Draft 2004. Avec le 5ème choix, Seattle jettera son dévolu sur Josh Smith, qui va devenir le joueur le plus capé des Sonics avec 452 matchs. Il en est devenu le meilleur rebondeur avec 5 977 rebonds et le meilleur contreur avec 623 blocks. Son GM semble compter sur lui, et il pourrait améliorer encore ces statistiques. Mais comme on l’a déjà décalé au poste d’ailier, il faut titulariser quelqu’un d’autre. Et ce quelqu’un d’autre, c’est Derrick Coleman, dont la carrière sera évoquée rapidement en-dessous.

Le poste de pivot est le poste historique des Sonics, qui a connu pas moins de 3 All-Stars différents à ce poste (en plus d’Amare Stoudemire, déjà triple All-Star et qui devrait l’être cette saison en ayant joué la majorité des matchs avant le All-Star Game pour les Sonics). Pourtant, le premier titulaire du poste de pivot était Ervin Johnson (à ne pas confondre avec Earvin « Magic » Johnson), qui a été titulaire pendant deux ans. Mais ensuite, Seattle a enchainé avec Derrick Coleman, All-Star en 1997-1998, présent au club pendant 4 saisons et demi, et qui a conduit les Sonics à 3 qualifications en playoffs de suite. En 1999, c’est Hakeem Olajuwon qui l’a rejoint, et qui a été All-Star l’année de son arrivée. A eux deux, ils ont formé une raquette terrible, qui a fait souffrir ses adversaires. Dommage que le backcourt ne suive pas. Après leur départ, c’est Yao Ming qui a récupéré le poste de titulaire pour 3 saisons, toutes conclues au All-Star Game. Jamaal Magloire a récupéré le poste pour deux ans, puis c’est Amare Stoudemire, qui a évolué à un niveau All-Star pendant un an et demi, qui a été le pivot titulaire. Comme Derrick Coleman a déjà été nommé titulaire, le poste de pivot titulaire All-Star revient à Yao Ming, le deuxième joueur des Sonics avec le plus de présence au All-Star Game des 15 dernières années. En bonus, son trade a permis l’arrivée de Kobe Bryant, le meilleur joueur des Sonics.

En 6ème homme, on peut hésiter entre trois joueurs qui ont été All-Stars sous le maillot des Sonics : Michael Jordan, Michael Redd et Hakeem Olajuwon. Ou on peut opter pour la longévité et les 399 matchs d’Ed Gray sous le maillot des Sonics, ou pour le quasi All-Star Amare Stoudemire. Hakeem Olajuwon représente le bon mix entre talent et longévité, c’est donc lui qui intègre l’équipe All-Time des Seattle Supersonics.

Récapitulatif : Earl Boykins / Kobe Bryant / Josh Smith / Derrick Coleman / Yao Ming – Hakeem Olajuwon

  • Vancouver Grizzlies

Liste des GM : FunkyFreaky (1995-…)

Comme les Wolves, les Grizzlies de Vancouver sont la franchise d’un seul GM, FunkyFreaky. Vierge de toute histoire avant la Fantasy Draft, Vancouver est devenue une référence de la NBA, et l’équipe est en lice pour une 13ème qualification en playoffs en 15 ans d’existence ! Locomotive évidente de la West Coast Division, Vancouver a été titré en 2007 et est finaliste en titre. Ils comptent 5 finales de conference (dont trois de suite contre les Mavs), et 9 demies en 14 playoffs. Le reste de la conférence, c’est-à-dire les Turtles, les Wolves, les Sonics et les Blazers réunis, n’en totalisent qu’une seule. Et sur les 15 dernières saisons, ils sont la 2ème franchise la plus victorieuse avec 806 victoires, juste derrière les Scorpions avec 818 victoires. Pour donner une idée de la marge qu’ils ont sur la concurrence, les 3èmes sont à sont à 69 victoires de moins ! La création de la franchise de Vancouver est une totale réussite, et les Grizzlies font parties des équipes les plus populaires de la Ligue avec un jeu rapide, altruiste et spectaculaire.

Il y a eu du beau monde passé à la mène de Vancouver. Déjà, le meneur actuel, Monta Ellis, qui tourne à 18 points par match. Il a pris la suite de l’excellent Kirk Hinrich, qui a passé 3 saisons pour des moyennes de 15 points et 7 assists ainsi qu’un titre, une finale NBA et une finale de conférence. Il est auteur de quelques matchs monstrueux en playoffs, comme les 31 points et 15 assists lors du Game 5 des finales NBA 2007 pour reprendre l’avantage dans la série. Dans le genre de Kirk Hinrich, il y a eu Chauncey Billups, qui a passé une année là-bas. Comme Mookie Blayock, qui est venu passer trois ans entre le banc et le cinq majeur après les Warriors. TJ Ford a également été titulaire deux ans à Vancouver, tout comme Andre Miller. Mais comme à Seattle, prime à la loyauté avec Rafer Alston. On parlait d’équipe créative, altruiste, spectaculaire, funky ? Rafer Alston en a été le meneur pendant 7 saisons, entre le banc et le cinq majeur certes, mais il est le back-up des champions de 2007. Il totalise 518 matchs, et il est le meilleur passeur de la franchise avec 1 985 assists. Surtout, il a attiré de nombreux fans à Vancouver, parce que Skip to my Lou, c’est un des plus beaux handles de la Ligue, qui a régalé par ses cross et ses passes l’antre des Grizzlies. Il est aussi très clutch avec quelques actions marquantes, comme son game winner contre les Mavs pour valider la première finale de conférence de l’histoire des Grizzlies.

Le poste d’arrière est le poste faible historique des Grizzlies, le seul qui n’a pas eu de All-Star. Derek Anderson et Voshon Lenard se sont disputés le poste les trois premières années de la franchise. Bob Sura occupera le poste d’arrière pendant 6 saisons du côté des Grizzlies, et sera élu deux fois en All-Defensive Second Team. Il est le meilleur intercepteur des Vancouver Grizzlies. Tony Allen occupe maintenant le poste depuis 3 saisons avec réussite, et il reste carrément sur deux All-Defensive First Team de suite. Mais c’est un ailier qui se retrouve arrière titulaire, car Jerry Stackhouse a tellement fait passer un cap à Vancouver qu’il est difficile de passer à côté.

Le poste d’ailier est le poste faible historique des Grizzlies. Pourtant, il y a eu du beau monde à ce poste, à commencer par Doug Christie, qui a passé trois ans et demi à Vancouver en deux fois, et qui a fait partie du premier roster des Grizzlies. Puis est venu Jerry Stackhouse. Son arrivée a permis de passer un cap pour les Grizzlies, qui vont atteindre les finales de conférence perdues en 6 matchs avec Jerry. Il sera un joueur de Vancouver pendant trois saisons, et il sera trois fois All-Star, et trois fois dans les All-NBA Teams (deux fois en All-NBA Second Team, une fois en All-NBA Third Team). Son départ marque un clair recul des Grizzlies dans la hiérarchie de l’Ouest. Tous ses accomplissements lui valent une place de titulaire dans le cinq majeur All-Time de Vancouver. Josh Howard a été titulaire deux ans à ce poste également entre 2003 et 2055, servant de liant au groupe. Kerry Kittles a disputé une saison sur l’aile des Grizzlies, et Jeff Green est titulaire de Vancouver depuis deux saisons. Mais comme vous l’avez peut-être remarqué, cette chronologie présente quelques trous. Il s’agit des saisons où Gerald Wallace. Le soir de la Draft 2001, quand Jerry Stackhouse est échange contre le pick 10 des Warriors, les fans de Vancouver se mirent à huer FunkyFreaky, car ils venaient de perdre un triple All-Star qui les avait menés proche des finales NBA. Au final, ce trade décrié a permis à Vancouver de mettre la main sur Gerald Wallace. 9 saisons plus tard (2ème), 699 matchs (2ème), 13 482 points (2ème), 4 450 rebonds (2ème), 1 291 assists, 846 steals (2ème), 579 blocks, 3 All-Star Games (2 MVP du match des étoiles), 2 All-NBA Second Team, une All-NBA Third Team, une All-Defensive First Team, une All-Defensive Second Team, 99 matchs de playoffs, 4 finales de conférence, une finale NBA perdue et surtout un titre NBA plus tard, plus aucun fan ne regrette ce trade de juin 2001. Gerald Wallace est une légende de Vancouver et de la Ligue. Son maillot sera retiré, et il entrera sans discussion au Hall of Fame. Il a réalisé de nombreuses performances mythiques, dont ses 47 points dans un Game 7 pour éliminer les Scorpions en demie l’année du titre, ses 43 points pour valider la première qualification en finale NBA de sa franchise, ses 38 points en finale contre Detroit l’année du titre, ses 3 game winners en playoffs. Et même s’il a particulièrement brillé au poste d’ailier-fort, il a également joué 4 saisons au poste d’ailier, ce qui lui offre la place d’ailier titulaire.

L’autre visage de la franchise, c’est le titulaire indiscutable chez les ailiers-forts des Grizzlies. Vous l’avez deviné, il s’agit biens sûr de Chris Webber, qui entre dans sa 11ème saison à Vancouver, dont il est encore le joueur avec le plus de matchs disputés avec 737 matchs, le meilleur scoreur avec 15 061 points, le meilleur rebondeur avec 5 891 rebonds, le 2ème meilleur passeur avec 1 903 assists, le 3ème meilleur intercepteur avec 714 steals et le meilleur contreur avec 813 blocks. Il est 6 fois All-Star sous les couleurs de Vancouver, 3 fois All-NBA First Team, 3 fois All-NBA Second Team, 2 fois All-Defensive First Team et 4 fois All-Defensive Second Team. Il est le 6th man l’année du titre, ce qui est un très beau symbole et une très belle récompense pour cet immense joueur. Des matchs de légende à la pelle, deux game winners chez les Grizzlies. Il a été le visage de la toute nouvelle franchise, et le mentor de la génération qui l’a suivi. Il est Vancouver. Il sera très logiquement le premier maillot retiré par la franchise dès qu’il annoncera sa retraite. Mais même s’il a éclipsé tous les autres ailiers-forts de Vancouver, quelques noms peuvent ressortir, notamment Grant Hill, auteur d’une saison magnifique où il a été All-Star et vainqueur du Slam Dunk Contest. Andrei Kirilenko a passé ses 6 premiers mois dans la NBA dans le grand froid canadien. Et le dernier nominé est Troy Murphy, auteur de 4 bonnes saisons à Vancouver. Ses deux trades sont des tournants dans l’histoire de Vancouver. Le premier est en échange de Chris Webber, le meilleur joueur de l’histoire de la franchise. Le second est en échange de Kirk Hinrich, ce qui permet le repositionnement de Gerald Wallace au poste d’ailier-fort et amène l’équipe de Vancouver au titre.

Au poste de pivot, on retrouve le seul MVP des Finales de l’histoire de Vancouver. Car oui, ce n’est pas Gerald Wallace ou Kirk Hinrich le MVP des Finales NBA 2007, mais bien Nene Hilario. Après une saison rookie prometteuse à Miami, il est échangé à la Draft 2003 à Vancouver, où il s’installe tout de suite comme titulaire. Cela fait 7 ans qu’il occupe le poste, et il a aussi un certain nombre de gros matchs dans sa carrière, notamment les 33 points et 16 rebonds au Game 3 contre les Mavs en finale de conf l’an passé pour reprendre l’avantage, ou ses 22 points, 15 rebonds, 8 assists, 5 steals et 5 blocks au Game 7 des Finales 2007 pour offrir le titre à sa franchise. Avant Nene, quelques bons pivots s’étaient succédés au fil des années, notamment Thomas Hamilton pendant 3 ans, puis Michael Smith, vainqueur du Slam Dunk Contest et gros rebondeur pour épauler Webber, mais aussi Marcus Camby pour ses deux premières années NBA, ou encore Shawn Kemp pour former une raquette vieillissante mais tellement spectaculaire pendant un an et demi.

Pour le remplaçant, trois noms se dégagent. Tout d’abord, Kirk Hinrich, meneur titulaire des Grizzlies champions et finalistes NBA. Ensuite, Troy Murphy dont les trades ont impactés durablement la franchise, et qui a passé 4 saisons en tant que titulaire. Et Bob Sura, qui a passé 6 saisons dans l’ouest canadien et est devenu le meilleur intercepteur, le 3ème passeur et le 3ème joueur le plus capé de la franchise. Les trois réponses sont légitimes, mais pour ma part, c’est Bob Sura qui m’a le plus marqué, et c’est lui qui récupère un spot dans la très belle équipe All-Time des Grizzlies.

Récapitulatif : Rafer Alston / Jerry Stackhouse / Gerald Wallace / Chris Webber / Nene Hilario – Bob Sura

4 pensées sur “Hannibal a 15 ans : Les cinq majeurs All-Time, épisode n°2

Laisser un commentaire