Hannibal à 15 ans : les 5 majeurs All-Time, épisode n°3

Parce que ça fait longtemps que je n’ai pas fait un gros dossier sur Hannibal, et surtout parce que les 15 ans d’Hannibal approchent à grand pas, je me suis lancé dans l’écriture d’un tout nouveau dossier : les cinq majeurs All-Time de nos franchises. Complètement inspiré de Trashtalk, l’idée est de se faire une grande rétrospective des joueurs ayant foulé les parquets de chaque équipe durant les 15 saisons d’Hannibal et ses presque 4 ans IRL (juillet 2015, ça commence à dater). Il y aura 6 épisodes, une par division, tous les vendredis jusqu’au 19 juillet, anniversaire du début officiel de la simu. Troisième volet aujourd’hui avec la SouthEast Division, historiquement la plus faible de la Ligue. C’est la seule à n’avoir aucun champion dans ses rangs. Pire, elle n’a même pas eu de finaliste NBA. Et elle totalise 2 finales de conférence seulement. Avec 11 séries de playoffs gagnées depuis la saison 1995-1996, la SouthEast Conference totalise moins de série gagnée que 11 franchises différentes. C’est dire le peu d’impact qu’elle a eu sur le paysage NBA ces 15 dernières années, alors que de très bons joueurs y ont fait escale.

  • Atlanta Hawks

Liste des GM : Bobo10 (1995-…)

S’il y a bien une équipe qui a peu été impactée par la Fantasy Draft et la refonte de la Ligue en 1995, c’est bien les Atlanta Hawks. L’équipe enchainait les premiers tours (4 fois) et l’absence de playoffs (2 fois avant 1995, et depuis elle enchaine toujours les saisons sans playoffs (7 fois) et les éliminations au premier tour (7 fois aussi). Mais là Atlanta pouvait se venter d’avoir une des plus grosses stars de la Ligue en la personne de Dominique Wilkins, les Hawks de ces 15 dernières années n’en ont pas connus, de véritable star, si bien que le cinq majeur All-Time des Hawks est probablement le moins sexy de la Ligue.

Le manque de star system à Atlanta commence avec le poste de meneur. Howard Eisley sera le titulaire à ce poste pendant deux saisons, suivi de Derek Fisher, titulaire pendant deux saisons seulement mais présent à Atlanta 4 ans. Puis c’est Kenny Anderson qui va occuper le poste de titulaire pendant 2 saisons, avant de se faire remplacer par Kirk Hinrich pour trois saisons. Après un échange envoyant Hinrich à Vancouver, le nouveau meneur titulaire pour quelques mois à Atlanta est TJ Ford. Ces dernières années, ce sont CJ Watson et Lou Williams qui se partagent le poste de meneur titulaire au fil des vagues. Comment départager les joueurs qui ne sont restés que quelques temps (seuls Lou Williams et Derek Fisher comptent plus de 250 matchs sous le maillot d’Atlanta), où aucun n’a dépassé le premier tour de playoffs, ou aucun n’a été All-Star ? On va partir sur Kirk Hinrich, qui a disputé 246 matchs sous les couleurs des Hawks. Il est le meilleur meneur au scoring (3 898 points), au passing (1 514 assists), et aux interceptions (267 steals).

Pour le poste d’arrière, on peut parler à nouveau de Lou Williams, qui en est à sa 5ème saison avec Atlanta, et qui a participé à 4 campagnes de playoffs pour le moment. Mais les trois premières saisons étaient en sortie de banc, ce qui le met un peu hors course. Erick Strickland a passé trois années en Géorgie, dont une à plus de 18 points de moyenne, et a participé à trois premiers tours. Actuellement dans le roster de la franchise, DeShawn Stevenson est dans sa troisième saison avec Atlanta, ce qui n’est pas si courant. Anthony Goldwire et Predrag Danilovic se sont partagés le poste d’arrière titulaire pendant 3 saisons. Lucious Harris a été le premier arrière titulaire des Hawks post-Fantasy Draft, mais n’est resté qu’un an également. Finalement, sans grosse contestation possible, l’arrière titulaire d’Atlanta ces 15 dernières années est Kerry Kittles. Choisi avec le 8ème choix de la Draft 1996, il a joué pendant son contrat rookie à Atlanta, avant de signer à Chicago à la Free Agency 2000. Il est le recordman de la franchise aux interceptions (405 steals), et il est 2ème en nombre de matchs joués (319 matchs) et 3ème aux points (4 444 points). A l’échelle de la Ligue, ce sont des petits chiffres. Pas à celle d’Atlanta.

Mais qui est la plus grande star passée à Atlanta ces 15 dernières années ? D’un avis assez unanime, il s’agit de Shawn Marion, premier choix de la Draft 1999. Il a disputé 3 saisons à Atlanta avant de se faire trader à Sacramento, mais il a quand même eu le temps d’être All-Star, le seul d’Atlanta en 15 saisons après une saison à 16,8 points, 10,0 rebonds et 2,0 assists. A part lui, Atlanta a pu compter sur Nick Anderson pendant une saison, mais surtout sur Andres Nocioni, 2ème de la franchise au nombre de matchs joués sous le maillot d’Atlanta ave 420 matchs disputés durant les 6 saisons qu’il a passé dans la franchise. Il est devenu le 2ème meilleur scoreur des Hawks avec 4 758 points cette saison. Mais le talent individuel est bien moindre que celui de Matrix.

Le poste d’ailier-fort est encore moins glamour. Malik Allen en est le titulaire depuis 4 saisons, dont deux à plus de 15 points de moyenne. Brian Scalabrine a passé trois ans à Atlanta, ce qui est assez rare. Rodney Rodgers a passé deux années après juin 1995 à Atlanta avant de partir à la Free Agency. Joe Smith a occupé le poste pendant 4 saisons entre 2002 et 2005. Et avant lui, c’était LaPhonso Ellis qui l’a occupé pour la même durée. En soit, Andres Nocioni peut jouer ailier-fort. Vu la faiblesse de la concurrence, on peut mettre le meilleur scoreur dans le cinq majeur.

Si la plus grande star d’Atlanta n’est pas Shawn Marion, qui est-ce ? Ce serait David Robinson, qui est resté une saison à Atlanta avant de partir dès la première occasion venue. Même s’il est bien plus fort individuellement que le reste des pivots des Hawks, le fait qu’il n’ait passé que quelques mois à Atlanta joue en sa défaveur. Si le pivot titulaire n’est pas l’Amiral, qui mettre à la place ? Carlos Rogers et ses 4 saisons à Atlanta ? Non, le pivot titulaire All-Time des Hawks, c’est l’actuel pivot titulaire de la franchise qui est dans sa 7ème saison à Atlanta. Il s’agit de Michael Olowokandi, recordman de la franchise en matchs joués (518 matchs), aux points inscrits (4 941 points), aux rebonds (4 385 rebonds) et aux contres (1 004 blocks). Mais très très loin d’un niveau All-Star.

Le remplaçant est assez évident à désigner. Lou Williams est en train de monter dans les classements individuels des Hawks (matchs joués, points, assists, steals), est l’un des joueurs (si ce n’est le joueur) à s’être le plus rapproché du niveau d’All-Star pour enfin succéder à Shawn Marion. de quoi mériter une place sur la photo de franchise. Tant pis pour Malik Allen, Carlos Rogers ou LaPhonso Ellis, qui ont eu le mérite d’être titulaires 4 saisons à Atlanta.

Récapitulatif : Kirk Hinrich / Kerry Kittles / Shawn Marion / Andres Nocioni / Michael Olowokandi – Lou Williams

  • Charlotte Hornets

Liste des GM : Fido (1995-2002), Hans (2002-…)

Parmi les équipes les plus jeunes au moment de la Fantasy Draft avec une création de la franchise qui ne date que de 1988, les Hornets n’avaient presque aucune histoire en juin 1995 : 5 absences de postseason, une élimination au premier tour et une élimination en demie. Elle a su se créer une grosse communauté de fans en 1995-1996 avec une équipe jeune et attrayante qui a finit en finale de conférence, mais n’a pas réussi à réitérer cette performance. Depuis, une demie et 6 éliminations au premier tour ont suivis pour Charlotte, malgré la présence de certaines des plus grosses superstars de la Ligue.

Le poste de meneur est déjà la propriété du joueur du futur, Russell Westbrook. Seulement 136 matchs ont fait de lui l’incontestable meilleur meneur de l’histoire des Hornets, lui qui est déjà double All-Star. Le roi du triple double va sûrement rester de longues années à Charlotte, de quoi dépasser dans les classements de franchise ses prédécesseurs. Notamment son actuel coéquipier, Devin Harris. Ce dernier est mine de rien dans sa 6ème saison à Charlotte, dont il est le meilleur passeur (2 488 assists) et 2ème intercepteur (685 steals). Lui aussi a été All-Star sous le maillot des Hornets en 2006-2007. A part ce duo, on peut mentionner Greg Anthony, titulaire pendant deux saisons suite à la Fantasy Draft et il a drivé l’équipe finaliste de conférence en 1996, ou Travis Best, lui aussi auteur de deux belles saisons à Charlotte sans parvenir à passer le premier tour. Alvin Williams, combo guard, a disputé trois saisons à Charlotte, parfois en meneur titulaire. Beno Udrih a lui passé 4 saisons à Charlotte, mais en sortie de banc.

Le poste d’arrière est historiquement vide à Charlotte, donc le titulaire est là encore l’actuel titulaire Devin Harris, qui est de toute façon un combo guard. Mais qui pourrait lui prendre sa place ? Jeff Hornacek, titulaire lors des finales de conférence 1996, et auteur d’une seule saison aux Hornets ? Marquis Daniels et ses 7 saisons à Charlotte, ce qui fait mine de rien 508 matchs disputés sous les couleurs des Hornets ? Bobby Phills, auteur de deux saisons correctes dont celle qui s’est achevée en demi-finale ? Ou les multiples joueurs qui ont joués arrière pour dépanner et dont on parlera plus tard ? Au final, le plus proche de détrôner Devin Harris, ça pourrait bien être Richard Hamilton, qui est présent depuis 3 saisons en Caroline du Nord.

Le poste d’ailier est clairement le plus disputé. Deux noms se détachent clairement : Lamar Odom et Peja Stojakovic. Le premier a joué 5 saisons à Charlotte, de sa draft avec le 10ème choix en 1999 à son trade à San Antonio en octobre 2004. Il est la définition du couteau-suisse, avec une saison comme meneur, une saison comme ailier et même une saison comme ailier-fort. Lors de sa saison 2001-2002, au gré des blessures, il a été amené à jouer sur les 5 postes pendant la saison. Le second est issu de la draft précédente (7ème choix de la Draft 1998), et il a été tradé en juin 2003 à Minnesota. Beaucoup plus unidimensionnel, il n’a joué qu’arrière et ailier, mais lui a été All-Star une saison. Les deux ont été coéquipiers, les deux ont pris par à la demi-finale de 2001, mais l’étoile du All-Star Game fait la différence en faveur de Peja Stojakovic. Mais qui peut-on citer à part ce duo ? On peut parle de Joe Johnson, dans sa deuxième saison à Charlotte, où Rick Fox, qui en compte deux également, dont la finale de conférence de 1996. D’Hedo Turkoglu et de Bobby Simmons, qui ont pris la suite du duo Odom/Stoja pendant 4 saisons au total (3 chacun). Mais ça reste un cran en-dessous d’Odom, et surtout de Stojakovic.

Qui a le moindre doute sur l’identité des deux intérieurs All-Time de Charlotte ? Si vous êtes là depuis le début, vous ne devez pas en avoir un seul. L’ailier-fort titulaire, c’est évidemment Shareef Abdur-Rahim, qui est dans sa 7ème saison à Charlotte, dont 4 à plus de 34 points de moyenne. Son bilan individuel en tant que joueur des Hornets donne le vertige : 3 fois MVP, 5 fois All-Star (des blessures l’ont privé de 2 All-Star Games), 4 fois All-NBA First Team, 4 fois meilleur scoreur de la Ligue, une fois All-NBA Third Team et une fois meilleur rebondeur de la Ligue. Il compte 513 matchs dans la franchise, dont il est le meilleur scoreur (16 142 points) et 2ème meilleur rebondeur (5 557 rebonds). Malheureusement, il n’a jamais franchi le premier tour avec Charlotte. A part lui, et un autre intérieur dont on va très prochainement parler, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Lamar Odom, Jermaine O’Neal et PJ Brown y ont joués par séquence, mais c’est à peu près tout.

L’autre intérieur est bien entendu la monnaie d’échange qui a permis l’arrivée de Shareef Abdur-Rahim aux Hornets, à savoir Kevin Garnett. Le 5ème choix de la Fantasy Draft est resté 8 saisons à Charlotte, avec de bons résultats collectifs : une finale de conférence en 1996 ainsi que deux demies en 1997 et 2001. Individuellement, avec 4 All-Star Game, 3 sélections en All-NBA Second Team, 2 en All-NBA Third Team et 6 en All-Defensive First Team, le palmarès est plutôt correct. Il est en prime le joueur à avoir porté le plus souvent le maillot de Charlotte (646 matchs), il est le 2ème scoreur avec 12 106 points, le meilleur rebondeur avec 6 336 rebonds, le 2ème passeur avec 1 820 assists, le meilleur intercepteur avec 759 steals et le meilleur contreur avec 922 blocks. En playoffs, il est carrément le leader de sa franchise dans toutes les catégories. Il y a un vrai débat sur le meilleur joueur de l’histoire des Hornets entre lui et SAR. Outre Garnett, le nom de PJ Brown, son coéquipier pendant 7 saisons, est l’un des premiers à revenir. C’est son déclin et la Draft de Lamar Odom qui ont poussé Kevin Garnett au poste de pivot, car pendant 5 saisons, il en a été le titulaire, dont l’année qui s’est achevée en finale de conférence. Jermaine O’Neal l’a été deux saisons, dont celle de 2001 avec la demi-finale perdue contre les futurs finalistes de Toronto, et Chris Kaman a récupéré le costume de titulaire depuis trois saisons. Sur le banc, Nenad Krstic en est à sa 5ème saison en Caroline du Nord, pour 295 matchs.

Sur le banc, on peut hésiter entre la longévité de PJ Brown et la polyvalence de Lamar Odom. Mais ce dernier était déjà tout proche d’intégrer le cinq majeur, et sa polyvalence naturelle en font un remplaçant de choix pour le cinq majeur All-Time de Charlotte.

Récapitulatif : Russell Westbrook / Devin Harris / Peja Stojakovic / Shareef Abdur-Rahim / Kevin Garnett – Lamar Odom

  • Indiana Pacers

Liste des GM : MJPacersMWP (1995-1996), Alexiverson (1996-1998), USPP11 (1998-2003), Roots (2003-2005),  SylvesterTemple (2005-2008), Elgobi (2008-…)

Parmi les grands perdants de la Fantasy Draft, on pense aux Sonics, aux Celtics ou encore aux Blazers, mais on ne pense pas forcément aux Pacers. Et pourtant, la franchise, double finaliste de conférence en titre et sur une jolie série de 6 qualifications en playoffs de suite, a perdu très cher avec la refonte de la Ligue. Seulement 4 qualifications en playoffs en 15 saisons. Néanmoins, avec une finale de conférence en 2005-2006 et deux demies en 1998-1999 et 2004-2005, Indiana a le meilleur bilan en playoffs de la SouthEast Division. Pas mal pour la franchise des Pacers, qui en est déjà à son 6ème GM en 15 ans.

Il y a du beau monde qui est passé au poste de meneur à Indiana. Celui qui se distingue le plus de la concurrence, c’est Steve Nash, qui vient de quitter Indiana après 5 saisons et demi de bons et loyaux services. Mine de rien, avec 436 matchs joués sous les couleurs jaunes de l’Indiana, Steve Nash a eu le temps de devenir une fois All-Star et de devenir le meilleur passeur de la franchise avec 3 220 caviers distribués. Il est également le meneur titulaire de la demie de 2005 et de la finale de conférence de 2006. Loin derrière le canadien, on retrouve Stephon Marbury, aussi connu sous le nom de Starbury. Drafté avec le 6ème choix de la Draft 1996, il a joué 4 saisons et demi pour Indiana avant de partir pour Milwaukee et a pris part à la demie de 1999. Il a pris la place d’un certain Kevin Johnson, premier meneur des Pacers, sans grande réussite pour le trentenaire. Eric Snow et Antonio Daniels se sont partagés le poste au début de la décennie, en attendant l’arrivée de Steve Nash.

Au poste d’arrière, c’est une fois de plus un meneur qui est bien installé. Compère de la Draft 1996 comme Marbury et Nash, Allen Iverson, 2ème choix de cette cuvée, a débarqué à Indiana où il va passer 4 saisons et demi pour 3 participations au All-Star Game, une place en All-NBA First, Second et Third Team (decrescendo qui plus est), et il a emmené l’équipe en demie en 1999 avec 23 points et 7 assists de moyenne. En seulement 346 matchs, il est devenu le meilleur scoreur (8 004 points), le 2ème passeur (1 917 assists) et le meilleur intercepteur (652 steals). Un cran derrière The Answer, on trouve son remplaçant naturel, Erick Strickland, qui a occupé le poste d’arrière titulaire pendant 3 saisons et demi avant de repartir aux Knicks. Jamal Crawford, 4ème choix de la Draft 2000, à joué 6 saisons à Indiana, majoritairement en tant qu’arrière, et a pris part à la demie puis la finale de conférence des Pacers. Depuis le départ de ce duo, Roger Mason, Mike James et Devin Brown ont tous été titulaires une saison, et personne ne s’impose réellement à ce poste.

Outre Erick Strickland et Jamal Crawford, déjà mentionnés chez les arrières, les Pacers ont pu s’appuyer sur deux grosses saisons de Keith Van Horn qui correspondent à la demie et la finale de conférence. Keith Van Horn est All-Star en 2005-2006 avec plus de 24 points par match, et va sortir une campagne de playoffs folle avec 30 points et 9 rebonds de moyenne, avec notamment 40 points et 12 rebonds au Game 7 au premier tour 2005 pour éliminer Miami. Pour toutes ces raisons, il est l’ailier titulaire des Pacers malgré deux saisons disputées seulement. Paul Pierce a pris sa place, pour deux saisons à plus de 20 points mais sans voir les playoffs ni le All-Star Game, au contraire de son remplaçant pour une petite saisons seulement, Carmelo Anthony, All-Star mais absent des playoffs. Desmond Mason a été pendant 5 saisons à Indiana, entre banc et titularisation. Il est parti juste après la demie et n’a donc pas connu la finale de conférence, mais il était précieux pour sa défense et ses finitions au cercle. Le premier ailier des Pacers n’est pas tout mal non plus vu qu’il s’agit de Scottie Pippen, mais il n’est resté que quelques mois avant de partir à Washington. Bonzi Wells a joué deux saisons aux Pacers, et entre les deux il y a Robert Horry qui a dépanné au poste d’ailier.

On a finit le poste précédent par Robert Horry, commençont le poste d’ailier-fort avec lui également. En 7 saisons à Indiana, il a d’abord été ailier titulaire, puis ailier-fort après le départ de Vin Baker qui n’est resté que la saison initiale à Indiana, puis 6th man, puis une saison en pivot titulaire, puis au bout du banc. Il compte tout de même un peu plus de 450 matchs à Indiana, ce qui est très respectable. Avec le 5ème choix de la Draft 2001, les Pacers ont misés sur Zach Randolph pour le remplacer. Randolph a joué pendant 3 saisons dans l’Indiana avant de partir pour la Big Apple et les Knicks. Son coéquipier Drew Gooden, 9ème choix de la Draft 2002, a jonglé entre titulaire et 6th man inside pendant 4 ans sans réellement s’imposer. Il fait quand même partie des Pacers qui vont loin en playoffs. Au contraire du titulaire All-Time des Pacers, Dirk Nowitzki. Oui, il n’est resté que deux saisons et n’a même pas disputé les playoffs avec Indiana. Mais il a été deux fois All-Star, une fois All-NBA Second Team et a finit une saison à plus de 30 points de moyenne. Pas de résultats collectifs, mais individuellement, c’est le plus fort.

Le poste de pivot a beaucoup tourné, entre Jim McIlvaine pour 5 saisons, lui qui est le meilleur contreur des Pacers avec 676 blocks, dont deux à plus de 2,5 blocks par match. Il est poussé sur le banc par le géant Lituanien Zydrunas Ilgauskas, qui ne restera que deux saisons avant de partir pour New York (encore). La suite, c’est Jamaal Magloire qui s’en charge avec 6 saisons à Indiana dont il est le meilleur rebondeur (3 213 rebonds en 393 matchs). Ensuite, c’est Marcus Camby qui vient aux Pacers pour une saison, le temps d’être nommé Defensive Player of the Year de la saison 2007-2008 avec 10,6 rebonds et 4,0 blocks de moyenne mais sans faire les playoffs. Depuis, c’est Kyrylo Fesenko qui est le titulaire au poste de pivot. C’est d’ailleurs le seul joueur (avec Walter Hermann et ses mains gigantesques) qui a survécu au reboot violent de l’effectif cet été. De tous ces pivots, celui qui mérite le plus le poste de titulaire, pour sa longévité et ses résultats collectifs ainsi que sa place dans les records individuels de franchise, c’est Jamaal Magloire.

Beaucoup de profils peuvent être mentionnés pour être le remplaçant d’Indiana. Le All-Star Carmelo Anthony, le DPOY Marcus Camby, la longévité de Robert Horry ou de Stephon Marbury, le meilleur contreur Jim McIlvaine ou les scoreurs Paul Pierce, Zach Randolph et Jamal Crawford. Le poste revient à Jamal Crawford, qui me parait être celui qui remplit le plus de cases individuelles et collectives.

Récapitulatif : Steve Nash / Allen Iverson / Keith Van Horn / Dirk Nowitzki / Jamaal Magloire – Jamal Crawford

  • Miami Heat

Liste des GM : Heatzo (1995-1999), Guibzi (1999-2008), b2zoMTB (2008-…)

Comme la franchise des Hornets, la franchise du Miami Heat a été créée en 1988 seulement, pas assez de temps pour se créer une belle équipe et une belle histoire avant juin 1995 : 7 années d’existence, 5 absences de playoffs et deux éliminations au premier tour. La franchise a su se créer une identité ce soir-là et compte maintenant 3 demi-finales et 4 éliminations au premier tour. De quoi s’installer comme la meilleure franchise de Floride.

Parmi les meneurs de jeu passés par Miami, le tout premier se nomme Charlie Ward, choisi au 4ème tour de la Fantasy Draft. Il a pris part à deux saisons en Floride, dont la demie de 1997 perdue en 7 matchs contre Chicago. Son départ a été compensé par l’arrivée de Tyus Edney pour deux saisons également, pour deux éliminations au premier tour. Puis est arrivé Steve Francis, parfois meneur titulaire, parfois 6th man comme en 2004-2005 où il est le 6th man of the Year. Ensuite, Baron Davis a repris le flambeau pour une saison et une élimination au premier tour. Jamaal Tinsley a ensuite été le titulaire du Heat, et il a pris part à une demie de conférence en deux saisons, soit le meilleur résultat de l’histoire du Heat. Depuis cette saison, c’est Kyle Lowry qui est le meneur titulaire de Miami, qu’il devrait emmener en playoffs. Le poste de meneur titulaire se joue entre la longévité et le scoring de Steve Francis, le seul meneur à dépasser les 250 matchs sous le maillot de Miami (358 exactement, pour 5 632 points, 1 116 assists et 392 steals) et l’efficacité et les résultats collectifs de Jamaal Tinsley, avec un rôle crucial dans le Game 6 contre les Hornets en 20 points, 15 assists et 5 steals. On va quand même aller pour la longévité de Steve Francis, d’autant que le poste de meneur n’a jamais connu d’All-Star à Miami.

Pour le poste d’arrière par contre, pas de discussions sur le titulaire, car un nom est loin devant les autres. Il s’agit de Latrell Sprewell, titulaire pendant 6 saisons à Miami. Invité à trois reprises au match des étoiles, il a notamment été élu en All-NBA First Team à une reprise, tout comme en All-NBA Third Team. Il a été très proche d’emmener le Heat en finale de conférence en 1997. Son départ à l’intersaison 2001 a été un très gros coup dur pour Miami, qui a été absent des playoffs les trois saisons suivantes. Il est le leader de Miami aux interceptions (632 steals), 2ème aux nombre de matchs joués (443 matchs), aux passes décisives (1 269 assists) et aux points marqués (7 614 points). Après son départ de Miami, on peut noter les performances de John Salmons, qui est resté 6 saisons à Miami (dont deux demi-finales), avec les 2 premières en titulaire avant d’être mis sur le banc par Bonzi Wells, titulaire pendant 3 saisons et All-Defensive Second Team à une reprise. Il a connu une demi-finale, l’autre étant pour Jason Richardson, présent deux saisons à Miami. Cette saison, ce sont Jamal Crawford et Shane Battier qui ont occupés le poste.

Pas de discussions non plus au poste d’ailier, tant Grant Hill domine la concurrence. Auteur de 6 saisons à Miami avant d’être transféré à Vancouver, il a le temps de cumuler 433 matchs (4ème), 8 743 points (1er), 3 616 rebonds (1er), 2 107 assists (1er), 482 steals (1er) et 161 blocks (3ème). Il est 4 fois All-Star, une fois All-NBA First Team, deux fois All-NBA Second Team et deux fois All-NB Third Team, une fois All-Defensive First Team et une fois vainqueur du concours de dunk. Sa saison 1998-1999 est particulièrement impressionnante avec 23,2 points, 9,3 rebonds et 6,4 assists de moyenne. Il a quelques matchs monstrueux avec Miami, dont ses 53 points contre le voisin d’Orlando en saison régulière ou les 38 points, 11 rebonds et 10 assists pour éliminer les Wizards dans le Game 7 du 1er tour des playoffs 1997. Derrière lui, on retrouve notamment Morris Peterson, recordman du nombre de match sous le maillot de Miami avec 528 matchs en 7 saisons (seulement 134 comme titulaire), mais aussi Bonzi Wells, John Salmons et Jason Richardson, déjà mentionnés chez les arrières mais qui ont tous été titulaires quelques temps à l’aile, ou encore Jerry Stackhouse, qui a passé deux saisons en Floride, dont une où il finit All-Star avec plus de 20 points de moyenne. Il est titulaire lors de deux demies, ce qui n’est pas rien à l’échelle de Miami. Enfin, cette saison, ce sont Tayshaun Prince et Paul Pierce qui ont été titulaires à l’aile, sans grosse performances individuelles.

Le poste d’ailier-fort a rarement été occupé par un vrai ailier-fort, mais plus souvent par des pivots, voire des ailiers comme Grant Hill pendant deux saisons. Sachant cela, un joueur sort clairement du lot à ce poste avec 5 saisons et demie à Miami, dont une où il finit All-Star. Pour ceux qui ne l’ont pas deviné, on parle d’Etan Thomas, qui totalise 439 matchs (3ème), 3 587 rebonds (2ème) et surtout 931 blocks (1er). Sa présence défensive est telle qu’il a été All-Star en scorant à peine 10,7 points par match. Il a franchi à une reprise le premier tour également. Derrière lui et Grant Hill, on peut noter les passages de Loy Vaught pour deux saisons, de Matt Bonner pour trois saisons, et depuis cette saison de Chris Bosh qui a déjà représenté Miami au All-Star Game.

Enfin, faites de la place au poste de pivot pour le gros Shaquille O’Neal, déjà titulaire d’une 4ème équipe All-Time. Deux saisons seulement pour le Big Cactus, mais deux saisons où il finit au All-Star Game, et une où il conduit Miami en demie avec des playoffs à 24 points, 10 rebonds, 4 assists et 3 blocks de moyenne. Derrière l’imposant Shaq, on peut noter les passages de Gheorghe Muresan, auteur de trois saisons à Miami avant de rejoindre Denver. Il a pris part à la demie de 1997 et il est le 2ème contreur de Miami. Nazr Mohammed a également été pivot à Miami pour 4 saisons, parfois en titulaire, parfois en sortie de banc. Alonzo Mourning a également été All-Star lors de sa seule saison à Miami. Cette saison, Zach Randolph (All-Star), son homonyme Anthony Randolph et Javale McGee ont été titulaires au poste de pivot.

En sortie de banc, on peut choisir un joueur avec d’excellents résultats collectifs (Jamaal Tinsley et Jason Richardson), un All-Star (Alonzo Mourning, Jerry Stackhouse, Chris Bosh) ou le recordman de matchs joués sous le maillot de Miami, Morris Peterson. C’est vers ce dernier que mon choix se porte, même si d’autres noms sont tout à fait entendables.

Récapitulatif : Steve Francis / Latrell Sprewell / Grant Hill / Etan Thomas / Shaquille O’Neal – Morris Peterson

  • Orlando Magic

Liste des GM : Iversony42 (1995-1995), Syr_Melo (1995-1997), Cheetos (1997-1999), Charth (1999-2003), Flywade (2003-…)

Dans la catégorie « J’ai tout perdu le soir de la Fantasy Draft », Orlando est n°1. Comme Charlotte et Miami, Orlando apparait sur les cartes NBA en 1988. Mais contrairement à Miami ou Charlotte, Orlando va très vite devenir une place importante du microcosme NBA grâce à l’obtention de deux premiers choix des Draft 1992 et 1993, ce qui leur permet de se construire un duo d’avenir autour de Shaquille O’Neal et d’Anerfee Hardaway. En juin 1995, le Magic sort d’une finale NBA, et même s’ils se sont fait sweeper par les Rockets d’un Olajuwon monstrueux, leur victoire sur les Bulls et leur jeune âge font d’eux l’incarnation du futur de la NBA. Hélas, la Fantasy Draft ruinera toute la construction d’équipe d’Orlando, qui n’a pris part aux playoffs qu’à deux reprises depuis, pour deux éliminations au premier tour. Flywade tente de retrouver les playoffs à Orlando, ce qui serait une première depuis la saison 1997-1998, soit 11 ans sans playoffs…

Chez les meneurs, le meilleur titulaire à ce poste se nomme Terrell Brandon, 11ème choix du 2ème tour de la Fantasy Draft. Il est resté trois saisons à Orlando, et a pris part aux deux campagnes de playoffs d’Orlando ces 15 dernières années. Hormis Terrell Brandon, Orlando a pu compter sur Erick Strickland une saison, puis sur son homonyme Rod Strickland pour une saison également. C’est Kenny Anderson qui a pris la relève au poste pendant 3 saisons, et c’est le challenger le plus important pour Terrell Brandon, car Kenny Anderson a été All-Star a Orlando, et c’est le meilleur passeur de la franchise. Sauf que Brandon était une option offensive, et il a drivé son équipe jusqu’en playoffs, ce qui lui donne un petit avantage. Après le passage d’Anderson, c’est Luther Head qui a récupéré le poste alors qu’il n’était que le 27ème choix de la Draft 2005. Après deux saisons décevantes, il a été relégué sur le banc au profit de Baron Davis, qui est resté pendant deux saisons et demie sans saveur. Le petit dernier, George Hill, est un des motifs d’espoir des fans d’Orlando, qui espèrent enfin pouvoir compter sur un bon meneur pour les saisons à venir.

Déjà mentionné chez les meneurs, Erick Strickland a passé le plus clair de son temps au poste d’arrière avec trois saisons à ce poste sur ses quatre à Orlando. Il a pris la place d’Anthony Peeler, qui a fait des aller-retours avec les Knicks, présent lors des quatre premières saisons d’Orlando et deux saisons de plus ensuite. C’est lui qui récupère le poste d’arrière titulaire, car à part lui, il n’y a plus grand-monde. D’autant plus que Peeler a participé aux deux campagnes de playoffs d’Orlando, qu’il détient le record de match joués sous le maillot d’Orlando (413 matchs) et qu’il a été All-Star en 1997-1998. On se souviendra ensuite que Steve Smith est venu s’écrouler à Orlando, plombant de nombreuses saisons les finances de la franchise avec un niveau catastrophique. Dans la catégorie gros contrat boulet, on retrouve Isiah Rider, qui est resté trois saisons à Orlando, payé à un prix astronomique pour une production très médiocre individuellement comme collectivement. Puis Michael Finley est venu passer deux belles saisons à Orlando à plus de 15 points de moyenne, avant de laisser la place à OJ Mayo. Comme pour George Hill, la jeunesse d’OJ Mayo laisse espérer de belles choses pour le futur de la franchise.

Le titulaire All-Time du Magic au poste d’ailier, c’est le titulaire actuel : Tracy McGrady. Arrivé avec Michael Finley en provenance des Sixers, il est toujours à Orlando et il est dans sa 3ème saison. Il a déjà été récompensé par deux selections au All-Star Game, un record. Il est également auteur de deux saisons à plus de 20 points de moyenne, ce qui est rare. On peut également noter qu’Isiah Rider a occupé ce poste par séquence, tout comme Steve Smith. Au tout début, George Lynch a passé deux saisons à Orlando, comme Lucious Harris. Tous les deux ont pris part à une campagne de postseason comme ailier titulaire. Au contraire de leurs successeurs, Predrag Danilovic (2 saisons) et surtout Wally Sczcerbiak, 3 saisons à Orlando dont deux à plus de 15 points par match. Mais le gap entre Tracy McGrady et les autres est bien trop important pour choisir un autre ailier.

Le poste d’ailier-fort est le plus disputé entre deux joueurs qui ont été les Franchise Players de la franchise floridienne quelques saisons : Vin Baker et Antonio McDyess. Le premier est resté 3 saisons, toutes à plus de 18 points par match, mais a échoué à amener Orlando en playoffs malgré une sélection au All-Star Game en 2002-2003. Chose qu’à réussi à faire à deux reprises Antonio McDyess, jamais All-Star sous le maillot d’Orlando mais deux fois All-Defensive Second Team. De plus, McDyess est le meilleur scoreur d’Orlando avec 5 670 points inscrits en 315 matchs. Entre les deux, on a eu un petit peu de Christian Laettner (2 saisons en échange de McDyess) et de Keon Clark, 6th man pendant 3 saisons, ou encore de Stromile Swift. Depuis cette saison, c’est Dirk Nowitzki qui gère le poste d’ailier-fort, avec un niveau plus vu depuis quelques saisons et le départ de Vin Baker. Mais quand même, Antonio McDyess a un peu plus marqué la franchise d’Orlando, et récupère le poste de titulaire.

Pour le poste de pivot par contre, Orlando vient de lâcher son titulaire All-Time en la personne de Dwight Howard. Seulement trois saisons et demi à Orlando pour Dwight, mine de rien deux fois Al-Star (seul pivot d’Orlando à y être invité), meilleur rebondeur (4 045 rebonds) et contreur de la franchise (566 blocks). Son remplaçant a réalisé de bons débuts, car Tim Duncan reste un client très sérieux malgré son âge. Arrivé en compagnie de Vin Baker, Shawn Bradley a aussi été titulaire pendant 3 saisons à Orlando, mais n’a plus été le même joueur à cause de sa fracture de la jambe la saison précédente à Dallas. Avant cela, Antonio Davis a connu deux saisons très médiocres en tant que titulaire, et encore avant Toni Battie a partagé la raquette avec Antonio McDyess pendant 2 saisons, dont une qui est allée jusqu’au premier tour des playoffs. Il a pris la place de Brian Grant, le premier pivot titulaire pour deux saisons, dont une en postseason.

Pour le poste de remplaçant, deux noms se dégagent : Kenny Anderson et Vin Baker. Les deux ont été All-Star, les deux ont une bonne longévité pour la franchise (4 ans pour le meneur, 3 pour l’intérieur), de telle sorte qu’aucun autre joueur ne puisse s’appuyer sur cet argument pour leur passer devant. Sauf que Vin Baker était le leader, et Kenny Anderson le lieutenant. Et qui de mieux que le leader pour illustrer un cycle du Magic ?

Récapitulatif : Terrell Brandon / Anthony Peeler / Tracy McGrady / Antonio McDyess / Dwight Howard – Vin Baker

2 pensées sur “Hannibal à 15 ans : les 5 majeurs All-Time, épisode n°3

  • Tkalba
    28 juin 2019 à 14 h 06 min
    Permalink

    Absent du 2 juillet au 20 août environ.
    Je vais essayer d’assurer un minimum de présence pour les playoffs et la Draft/FA.

    Les 3 prochains articles des 5 majeurs All-Time seront publiés par un autre GM.
    Et demain je lance les votes de la 2ème cuvée du Hall of Fame d’Hannibal 🙂

  • Bilouu
    29 juin 2019 à 9 h 31 min
    Permalink

    Tu es le meilleur ! Bonne vacances man, je m’arrange pour que tu sois éliminé au premier tour pour que tu penses vraiment à autre chose ! =)

Laisser un commentaire