Hannibal à 15 ans : les 5 majeurs All-Time, épisode n°4

Parce que ça fait longtemps que je n’ai pas fait un gros dossier sur Hannibal, et surtout parce que les 15 ans d’Hannibal approchent à grand pas, je me suis lancé dans l’écriture d’un tout nouveau dossier : les cinq majeurs All-Time de nos franchises. Complètement inspiré de Trashtalk, l’idée est de se faire une grande rétrospective des joueurs ayant foulé les parquets de chaque équipe durant les 15 saisons d’Hannibal et ses presque 4 ans IRL (juillet 2015, ça commence à dater). Il y aura 6 épisodes, une par division, tous les vendredis jusqu’au 19 juillet, anniversaire du début officiel de la simu. Quatrième volet aujourd’hui avec la Central Division, toujours placée, rarement gagnante. 

· Dallas Mavericks : 

Liste des GM : Tommy (1995-1995), Tkalba (1995-…) 

Parmi les trois franchises situées dans le Texas, Dallas est devenue la franchise référence. Inimaginable en mai 1995, quand les Spurs et les Rockets se disputaient le billet pour la finale NBA, remporté par Houston qui réalisera le back to back, pendant que Dallas regardait les playoffs depuis sa télévision pour la 5ème année de rang. Dallas a connu deux phases, la première en contender sérieux qui échouera finalement en finale de conférence, puis une reconstruction rapide qui a mené la franchise vers son premier titre NBA en 2008. Avec un titre, 3 finales de conférence, 2 demies et 4 éliminations au premier tour, Dallas est devenu l’une des franchises les plus régulières, comme l’atteste sa 3ème position au nombre de victoires en saison régulière sur les 15 dernières années. 

Le poste de meneur est le poste le moins stable de Dallas, avec tout d’abord Robert Pack qui a tenu le poste pendant deux ans, avant d’être échangé à Vancouver contre Greg Anthony (et de revenir l’année suivante en tant que Free Agent), lui aussi titulaire pendant deux ans. Les deux meneurs prendront part à la finale de conférence de 1999, avant de voir débarquer Sam Cassell en provenance de Washington. Sam Cassell va réaliser deux saisons d’un très bon niveau et sera même élu en All-NBA Second Team en 2001. Il est échangé à la trade deadline 2003 pour accélérer la reconstruction de Dallas, et le poste de meneur va être occupé pendant deux ans par Derek Fisher avant la signature à l’intersaison 2005 d’Earl Watson, titulaire pendant deux saisons puis 6th man avant d’être échangé à Sacramento contre George Hill un soir de juin 2008. Mais le titulaire du poste de meneur à Dallas, c’est le MVP des Finales 2008, LeBron James. Il n’a passé que deux saisons à ce poste, mais ce sont les deux meilleures de Dallas avec un titre et une défaite en finale de conférence malgré une saison à 69 victoires. Il totalise déjà 509 matchs à Dallas, est le meilleur passeur de la franchise ces 15 dernières années avec 2 834 assists, auquel on peut rajouter 9 553 points, 2 687 rebonds et 739 steals. Il a quelques matchs monstrueux à son actif comme ses 29 points, 12 assists et 12 rebonds le soir du titre, ou un 38 points, 16 rebonds et 13 assists en saison régulière. 

Pour le poste d’arrière, trois noms se dégagent assez largement. Le premier, c’est Jim Jackson, qui a passé deux saisons à Dallas suite à la Fantasy Draft, pour une sélection au All-Star Game et une autre en All-NBA Second Team, pour une élimination au premier tour (auquel il n’a même pas pris part, vu qu’il était blessé, comme son remplaçant Predrag Danilovic). Le second, c’est Jon Barry, qui a fait deux saisons également, a fait partie de l’équipe meilleur bilan de la Ligue avec 62 victoires mais sorti par les Kings dès le premier tour et a finit en All-Defensive Second Team, puis de l’équipe finaliste de conférence l’année suivante. Le dernier, c’est le titulaire actuel du poste, un certain Kevin Martin. Scoreur incroyable, il a déjà plus de points en carrière que LeBron James avec une saison de moins en NBA (9 495 points en 438 matchs). Son palmarès est maigre avec une seule sélection au All-Star Game, une place en All-NBA Third Team et une autre en All-NBA First Team. Evidemment champion en 2008, il aurait dû être le MVP de ces Finales avec des moyennes de 31 points, 5 rebonds et 4 assists avec des pourcentages indécents de 58% au tir, 52% de loin et 93% aux lancers. Outre ces trois noms, Dallas s’est appuyé sur des joueurs comme Voshon Leonard, Larry Hughes ou un ailier dont on va vite reparler. 

Chez les ailiers, on peut bien évidemment citer LeBron James, qui a été choisi comme meneur titulaire. Mais on peut parler de son acolyte pendant quatre saison, Josh Howard, qui totalise mine de rien 305 matchs sous les couleurs de Dallas. Il a fait partie de l’équipe titrée et a pris part aux trois finales de conférence consécutives contre Vancouver, l’équipe qui l’a drafté. Les deux premières saisons après la Fantasy Draft de juin 1995, c’est Sean Elliott qui a été titulaire deux ans à Dallas. Toni Kukoc, quant à lui, est resté trois ans et a disputé deux demies avec les Mavs. Mais le poste de titulaire revient au joueur qui a porté le plus souvent le maillot de Dallas, à savoir Bruce Bowen. Drafté avec le 15ème choix de la Draft 1996, il est resté 8 saisons pleines à Dallas pour 655 matchs, parfois en arrière, parfois en ailier. C’est l’un des meilleurs défenseurs extérieurs de l’histoire (100 en PRD à son prime), et il est encore le joueur de Dallas avec le plus de 3-points inscrits (848 3-points made). 

Passons au poste d’ailier-fort, qui compte deux grands noms à se mettre sous la dent : Vin Baker et Etan Thomas. Le second est dans sa 4ème saison à Dallas, et pour le moment, il a toujours pris part au moins à une finale de conférence et a connu 3 saisons à 60 victoires ou plus. Excellent défenseur, très bon rebondeur, gros contreur, il est une des raisons de la qualité défensive de Dallas ces 4 dernières années. Vin Baker, par contre, a été le visage de Dallas pendant 5 saisons, pour un bilan honorable d’une finale de conférence, deux demies, une élimination au premier tour malgré le meilleur bilan de la Ligue et une absence de playoffs. Son depart marque le début de la reconstruction de Dallas. Très méconnu de la Ligue, il n’a pu se consoler qu’avec deux sélections au All-Star Game et aucune mention en All-NBA Team. Mais être le visage pendant une demi-décennie, ce n’est pas rien, et c’est lui qui a l’honneur d’être le titulaire à ce poste. Outre ces deux noms, quelques remplaçants sont restés un bon moment à Dallas, comme Terry Mills pour 3 saisons, Michael Smith pour 2 saisons et vainqueur du Slam Dunk Contest, et surtout Anderson Varejao qui en est à sa 6ème saison avec déjà 448 matchs au compteur. 

Au poste de pivot, il n’y a eu que 5 joueurs marquants en 15 saisons. Le tout nouveau venu Dwight Howard, machine physique, bon rebondeur, bon défenseur, bon finisseur. Avant cela, il y avait eu Raef LaFrentz, titulaire pendant deux ans avant l’arrivée d’un meilleur pivot. Et sinon, il y a eu un excellent trio. Commençont d’abord par Derrick Coleman, qui a été présent pendant deux ans pour former un tandem inside-outside avec Jim Jackson. Après deux années difficiles sur le plan collectif mais conclut avec une sélection au All-Star Game et une en All-NBA Second Team (comme Jim Jackson), l’équipe a implosée, et Derrick Coleman est parti à Seattle contre Vin Baker et Jon Barry. Jim Jackson, quant à lui, est parti aux Lakers en échange du 2ème membre de ce trio, Shawn Bradley. Avec Vin Baker, il a formé l’une des meilleures paires d’intérieurs de la Ligue pendant quatre saisons. Sa fracture de la jambe en novembre 2001 a marqué la fin d’une ère, et son échange à Orlando en compagnie de Vin Baker a marqué le début de la reconstruction des Mavericks. Enfin, une fois la recosntruction achevée, c’est Tim Duncan qui est venu dans le Texas en provenance de Toronto. Il va rester 4 saisons et demi à Dallas, va être sacré MVP de la saison 2006-2007, et ira chercher sa première bague en carrière en 2008. C’est le seul MVP de la saison régulière de Dallas, ça et la bague lui donnent une place de titulaire. 

Le cinq majeur fait la part belle à l’équipe championne de 2008 (LeBron James, Kevin Martin et Tim Duncan) au détriment du groupe finaliste de conférence en 1999 et meilleur bilan de la Ligue en 1998 (Vin Baker, Bruce Bowen). Le groupe de 1995-1997 est totalement passé aux oubliettes. Le remplaçant peut donc être un All-Star comme Jim Jackson, Derrick Coleman ou Toni Kukoc, un membre de la B-Team (Jon Barry ou Shawn Bradley) ou un membre des champions 2008 (Etan Thomas, Josh Howard ou Anderson Varejao). Le cœur penche pour Shawn Bradley, auteur de 4 très belles saisons à Dallas avant sa fracture de la jambe, durant lesquelles il a été Defensive Player of the Year, All-Star et All-NBA Third Team, puis qui est revenu d’Orlando en tant que Free Agent pour 3 saisons de plus et finalement champion NBA en 2008 avec Dallas. Si tous les membres de la B-Team ont été bagués, seul Bradley l’a été avec les Mavericks. Avec 418 matchs et le record de blocks de la franchise (1 015 blocks), il mérite d’être sur la photo de Dallas. 

Récapitulatif : LeBron James / Kevin Martin / Bruce Bowen / Vin Baker / Tim Duncan – Shawn Bradley 

· Denver Nuggets : 

Liste des GM : Stoone (1995-…) 

Dans le ventre mou de la NBA avant la Fantasy Draft (une demie, un premier tour et trois absences de playoffs les 5 années précédant juin 1995), les Nuggets ont reçus un cadeau magnifique avec le premier choix de la Fantasy Draft ! Malheureusement pour les fans de Denver, la franchise des Rocheuses n’a pas réussi à construire dessus, échouant au premier tour contre les Warriors. Une musique qui va se répéter, avec 7 participations en playoffs pour 6 éliminations au premier tour. L’année 2001-2002 restera leur meilleure avec une demie perdue en 7 manches contre les futurs champions, les Warriors. 

Le poste de meneur n’a pas accueilli de grandes stars à Denver. Déjà trentenaire, Terry Porter a occupé le poste pendant deux saisons, sans grande réussite collective ni individuelle. Actuellement, c’est le All-Star Kirk Hinrich qui est titulaire depuis cet été, et qui est le seul meneur All-Star chez les Nuggets. Il a pris la place de Monta Ellis, auteur de 4 saisons pleines à Denver et qui a reçu le trophée de MIP l’année où il est replacé en meneur. Il termine trois saisons à plus de 20 points, mais il n’a disputé les playoffs qu’une fois, pour un sweep contre les Warriors l’an passé. Drafté en 16ème position en 2004, Shaun Livingston a été titulaire pendant deux ans avant de passer sur le banc. Chauncey Billups a été titulaire pendant deux saisons également, à plus de 15 points et 5 assists de moyenne, et il a fait partie de l’équipe qui a poussé les Warriors au Game 7 en 2002. Mais même lui doit s’incliner devant Anthony Johnson. Titulaire pendant 5 saisons, il est le back-up de Billups l’année de la demie de Nuggets. Il est le co-recordman de matchs joués (492 matchs) et d’assists (1 811 assists) de Denver ces 15 dernières années. Pas mal pour le 7ème choix de la Draft 1997. 

Outre Monta Ellis, plutôt positionné en meneur à Denver, deux arrières sortent du lot dans les Rocheuses. Le premier est considéré comme le meilleur joueur de l’histoire. Avec le 1er choix de la Fantasy Draft, Denver a mis la main sur un certain Michael Jordan. Il va rester 3 saisons à Denver, toutes achevées à plus de 20 points de moyenne, pour 3 sélections au All-Star Game, une en All-NBA Third Team et une en All-NBA First Team avec des moyennes de 31,4 points, 6,2 rebonds et 3,4 assists, sans jamais parvenir à franchir l’obstacle du premier tour. L’autre, c’est Vinsanity. Premier choix de la Draft 1998, Vince Carter va passer 6 ans dans le Colorado, avec à la clé un titre de Rookie of the Year, 5 sélections au All-Star Game, 3 en All-NBA Second Team et une en All-NBA Third Team. Il fait partie de l’équipe demi-finaliste de 2002, il est le meilleur scoreur de Denver avec 10 815 points en 492 matchs (co-recordman du nombre de match avec Anthony Johnson), avec notamment une pointe à 52 points contre les Warriors en saison régulière, ce qui lui vaut une place de titulaire. 

Au poste d’ailier, on peut parler de Tracy Murray, titulaire pendant trois saisons en compagnie de Sir Jordan, ou de son remplaçant, Eric Williams, présent pendant 6 saisons également du côté de Denver en tant que couteau suisse capable de contrebalancer le jeu unidimensionnel de Vince Carter. Depuis son départ, l’ailier titulaire a tourné entre Jared Dudley, Travis Outlaw et le titulaire à ce poste, Andre Iguodala. Parfois arrière, parfois ailier, Andre Iguodala est sur les traces de tous les records de la franchise. Il compte déjà 449 matchs (3ème), 8 474 points (2ème), 2 479 rebonds (4ème), 1 610 assists (2ème) et 776 steals (1er). Il ne reste plus qu’à passer le premier tour de playoffs maintenant. 

A l’intérieur, c’est moins glamour. Le premier ailier-fort titulaire, c’est Chris Dudley pendant 2 ans. C’est Rasheed Wallace qui a pris la suite pendant 4 ans, dont une saison 1999-2000 magnifique avec 18,1 points et 8,0 rebonds de moyenne pour 19,7 de ranking, la meilleure saison individuelle de sa carrière. Arrivé à l’intersaison 2000, Antoine Walker a été 6th man of the Year (14,1 points, 5,2 rebonds, 1,6 assists en 24 minutes) avant de récupérer le costume de titulaire laissé vacant par Rasheed Wallace. Après le départ d’Antoine Walker en 2003, le poste n’a pas eu de titulaire solide entre Jonathan Bender, Mike Sweetney et Travis Outlaw, jusqu’à la Draft 2006. Avec le premier choix de cette Draft, LaMarcus Aldridge débarque dans le Colorado pour devenir le meilleur ailier-fort des Nuggets. L’an passé, il est devenu le premier joueur de Denver à ce poste à être sélectionné au All-Star Game. Il est sur le point de conclure sa 4ème saison à plus de 20 points, et comme pour Iguodala, il ne lui reste plus qu’à passer des tours de playoffs. 

Le poste de pivot par contre, c’est le désert. Bon courage pour trouver un titulaire dans le tas. Est-ce Chris Kaman, titulaire pendant 3 ans sans vraiment décoller ? Kwame Brown, titulaire deux saisons avant d’être poussé sur le banc cette année par LaMarcus Aldridge ? L’inoubliable Elden Campbell pendant les deux premières saisons après juin 1995 ? Que nenni, il s’agit de Gheorghe Muresan. Le géant roumain (2,31 mètres) a occupé le poste pendant 6 saisons, le temps de devenir le meilleur rebondeur et contreur de la franchise. Mais que c’est limité offensivement… 

Sur le banc, vu qu’on a déjà fait la part belle aux équipes de 1998-2003 (Vince Carter, Anthony Johnson et Gheorghe Muresan) et à l’équipe actuelle (Andre Iguodala et LaMarcus Aldridge), il ne reste plus qu’une période qui n’est pas représentée sur la photo, et qui de mieux que son FP Michael Jordan pour être le remplaçant de Denver ? Tant pis pour la longévité d’Eric Williams ou de Travis Outlaw, et pour le All-Star Kirk Hinrich, mais Michael Jordan est une des icônes de Denver. C’est aussi un des symboles de l’incapacité de Denver à aller loin en playoffs malgré 3 first picks (Fantasy Draft, Draft 1998 et Draft 2006)… 

Récapitulatif : Anthony Johnson / Vince Carter / Andre Iguodala / LaMarcus Aldridge / Gheorghe Muresan – Michael Jordan 

·

Houston Rockets : 

Liste des GM : Droumi (1995-1996), Zoom (1996-…) 

Quand on pense aux grands perdants de la Fantasy Draft, Houston est le premier nom à venir. Et comment pourrait-il en être autrement ? Les Rockets étaient doubles champions NBA en titre. Après juin 1995, ils ont enchainé une élimination en demie, puis une autre au premier tour, puis 3 saisons sans playoffs. Depuis, l’obstacle du premier tour reste quasi-insurmontable pour Houston, sauf lors de l’énorme upset réalisé sur les Mavericks avec un Game 6 d’anthologie pour conclure la série après trois prolongations sur le score de 154-153. 

Les Rockets ont accueilli le plus grand meneur de l’histoire pour commencer, avec Magic Johnson, sélectionné avec le 23ème choix du 3ème tour de la Fantasy Draft. Une seule saison pour Magic à Houston, All-Star et All-NBA Third Team, de quoi les mener en demi-finale, leur meilleure performance ces 15 dernières saisons. Kendall Gill a occupé le poste pendant pendant 4 saisons, jusqu’au début du 21ème siècle où c’est Chris Childs qui a repris le rôle pendant un an. Le temps qu’il a fallu à Zoom pour se décider à mettre Jason Terry en meneur. Il va exploser à ce poste. Le meilleur joueur des Rockets ces 15 dernières années va être le meneur titulaire des Rockets jusqu’à son échange l’été dernier. Il va cumuler 10 saisons à Houston, pour 748 matchs (1er), 13 953 points (1er), 3 750 assists (1er), 2 852 rebonds (1er) et 1 063 steals (1er). Il a été le meilleur scoreur rookie sur un match avec 53 points, record qui vient d’être battu cette saison par Tyreke Evans. Il est auteur de nombreux matchs légendaires, dont les 46 points au Game 6 contre les Mavs gagné 154-153. Il a été le visage de la franchise pendant presque une décennie, l’a mené en demie, et c’est normal qu’il soit titulaire dans le cinq majeur All-Time des Houston Rockets même s’il n’a qu’une sélection au All-Star Game et une place en All-NBA Second Team au compteur. 

Et qui de mieux pour accompagner Jason Terry dans le cinq majeur All-Time des Rockets que son partenaire de club pendant 5 saisons, Leandro Barbosa ? Une fois All-Star, All-NBA Second Team, All-NBA Third Team et All-Defensive Second Team est auteur de saisons monstrueuses, dont la dernière à 25,8 points, 4,4 assists et 4,3 rebonds de moyenne. Demi-finaliste avec Houston, il est le meilleur arrière passé par Houston ces 15 dernières années. On peut quand même mentionner Clyde Drexler, qui a fait une saison à Houston avec Magic avant de partir à la Free Agency, ou Mario Elie, auteur de deux saisons aux Rockets, ou d’Eric Washington, 6th man ou titulaire pendant 4 saisons. Ou encore de Cuttino Mobley, titulaire les deux saisons précédent l’arrivée de Barbosa à plus de 15 points à chaque fois. Mais ça reste un bon cran en-dessous du brésilien. 

Le poste d’ailier est un peu plus fourni avec en premier lieu Andreï Kirilenko. Même s’il n’est pas resté longtemps, le temps de sa saison rookie uniquement, l’un des meilleurs joueurs de ces 15 dernières années à commencé sa carrière à Houston. Sans atteindre ce niveau de jeu, Luol Deng a joué ses trois premières saisons professionnelles aux Rockets. Gary Trent est un des remplaçants les plus connus de Houston avec plus de 300 matchs disputés sous les couleurs des Rockets. Marco Bellineli est dans sa première saison à Houston, et il tourne en 20,6 points, de quoi laisser espoir pour le futur. Mais tout ces joueurs doivent s’incliner devant la légende Grant Hill. Il a débarqué à 29 ans à Houston en provenance de Vancouver, et va rester 4 saisons dans le Texas. Il va en finir deux au All-Star Game, ce qui fait de lui le joueur des Rockets le plus souvent invité au match des étoiles ces 15 dernières saisons. Il fait partie de l’équipe qui éliminera les voisins de Dallas en 2006. Sa meilleure saison en 20,8 points, 8,7 rebonds, 5,1 assists et 1,6 steal est particulièrement impressionnante. 

Comme pour Denver, si les extérieurs sont talentueux, les intérieurs passés par Houston le sont beaucoup moins. Le poste d’ailier-fort est particulièrement désert, ou occupé par des ailiers déjà mentionnés comme Gary Trent ou Grant Hill. Horace Grant a été titulaire pendant les trois premières saisons, avec une demie à la clé. Le tout jeune retraité Mikki Moore fait partie des joueurs avec plus de 300 matchs sous le maillot des Rockets, ce qui n’est pas rien. Greg Oden est titulaire à Houston depuis un an et demi, tandis que Channing Frye en est à sa troisième saison dans le Texas. Boris Diaw, notre Babac national, a passé ses deux premières saisons à Houston. Mais au final, le poste d’ailier-fort revient à Antawn Jamison, qui a passé au total 6 saisons à Houston, pour 451 matchs joués. Les résultats collectifs ne sont pas là (deux sweeps au premier tour en 6 ans), les récompenses individuelles non plus, mais sa constance (et le manque de concurrence) en font le titulaire des Rockets de ces 15 dernières années. 

Au poste de pivot, un nom dépasse tous les autres en termes de talent : Dikembe Mutombo. Certes, il ne s’est pas éternisé dans le Texas. Il n’y a passé qu’une seule saison pour être honnête. Mais il a mené les Rockets en demi, et a été All-Star et Defensive Player of the Year, ce qui est bien plus à la fois individuellement et collectivement que n’importe quel pivot passé par Houston. Dommage pour Toni Battie, qui a quand même été dans l’effectif pendant 5 ans (dont 4 comme titulaire). Pour Rik Smit, titulaire deux saisons. Pour le nouveau venu Andrew Bynum, au club depuis cet été. Ou encore pour Kelvin Cato, qui a été titulaire 3 saisons. Mais Dikembe, c’est la classe au-dessus. 

Pour le banc, c’est quand même assez triste, avec très peu de noms qui se dégagent. Magic Johnson ? Luol Deng ? Toni Battie ? Aucun joueur ne sort du lot, c’est pourquoi on va mettre en avant un joueur qui n’a pas encore été mentionné : Bison Dele. On va privilégier la longévité de Bison Dele, membre de l’effectif des Rockets du soir de la Fantasy Draft à l’été 2003, soit 8 saisons. Il a rarement été titulaire, c’est vrai. Il n’a aucune récompense individuelle, c’est également vrai. Mais quand on a plus de 500 matchs sous un maillot, et que personne d’autre ne se détache, bah on finit 6th man All-Time des Rockets. 

Récapitulatif : Jason Terry / Leandro Barbosa / Grant Hill / Antawn Jamison / Dikembe Mutombo – Bison Dele 

· San Antonio Spurs : 

Liste des GM : BGS (1995-2005), TwoWords (2005-…) 

Modèle de régularité avant juin 1995 avec seulement 4 saisons sans playoffs durant les 27 ans d’existence de la franchise, San Antonio est devenu un modèle de constance, mais dans le mauvais sens du terme. Après trois saisons intéressantes (demie, finale NBA et premier tour), les Spurs vont connaitre une disette monstrueuse avec 11 saisons sans playoffs, un record de saisons sans postseason consécutif très peu enviable que détient San Antonio. Evidemment, la saison 1996-1997 achevée sur une défaite en finale NBA reste de très loin la plus belle de la franchise ces 15 dernières années, mais l’équipe est en course cette saison pour enfin mettre fin à sa disette et se qualifier de nouveau en playoffs. 

Forcément, quand une équipe ne fait que 3 fois les playoffs, c’est quand même un peu dû à un manque de talent. Et cela se ressent au poste de meneur, qui compte quand même deux beaux noms pour les deux premières saisons : Kevin Johnson puis Magic Johnson. Jalen Rose va récupérer le costume de titulaire pour deux saisons, jusqu’à la reconstruction des Spurs. Drafté avec le 7ème choix de la Draft 1999, Andre Miller a été titulaire pendant deux saisons avant d’être échangé pour faire de la place à un nouveau meneur. Dommage parce que le Rookie of the Year (et oui le ROY de la Draft 1999 n’est pas Elton Brand, Steve Francis, Shawn Marion, Metta World Peace, Lamar Odom, Jason Terry ou Richard Hamilton mais bien Andre Miller) a été All-Star dès sa saison rookie. Le nouvel arrivant n’est pas en reste, vu qu’il s’agit de Gilbert Arenas. Le 2ème choix de la Draft 2001 va rester 4 ans et demi à San Antonio avant de partir, mais il a été 2 fois All-Star sous le maillot des Spurs. Son départ n’a jamais réellement été compensé, et Kenny Satterfield ou Rodney Stuckey ont été titulaires avant l’arrivée de Jarrett Jack, meneur titulaire des Spurs depuis deux saisons maintenant. Si quelqu’un a un doute, c’est bien Gilbert Arenas, le meneur titulaire des Spurs, lui qui est le meilleur scoreur (6 980 points), passeur (1 907 assists) et intercepteur (601 steals) de San Antonio ces 15 dernières années. 

Au poste d’arrière, ce n’est pas beaucoup mieux. Wesley Persons, bon 3&D, a eu le poste pendant 4 saisons, et a connu toutes les campagnes de playoffs des Spurs, dont la finale NBA de 1997. Todd Day a également alterné entre les postes d’arrière et d’ailier, et entre titulaire et remplaçant pendant 3 saisons. Finalement, avec le 6ème choix de la Draft 2001, c’est Jason Richardson qui va récupérer le costumer d’arrière titulaire pour 5 saisons et demi, ce qui en fait le joueur avec le plus de matchs sous le maillot des Spurs avec 448 matchs et 2ème au scoring (5 975 points). Depuis le départ du meilleur arrière de ces 15 dernières années, Richard Hamilton a passé quelques mois à San Antonio, tout comme Jamal Crawford qui y a passé une demi-saison. Actuellement, c’est Rodney Stuckey qui est le titulaire à ce poste. 

Le poste d’ailier n’offre aucune discussion, tant un joueur sort du lot. Il s’agit d’Eddie Jones, titulaire pendant les 4 premières saisons des Spurs suite à la Fantasy Draft. Bon scoreur (4 saisons à plus de 15 points), All-Star, excellent défenseur, parmi les meilleurs défenseurs et intercepteurs de la Ligue, adroit à 3-points, il a fait un bien fou en 3ème option aux Spurs lors du parcours de playoffs ayant conduit San Antonio en finale NBA, avec notamment 32 points pour éliminer les champions en titre de Sacramento dans le Game 6 des finales de conférence 1997. Depuis, les ailiers de San Antonio ne font plus rêver. Corey Maggette a pris la suite pendant 3 saisons, avant d’être remplacé pendant un an par Cuttino Mobley, puis par Raja Bell, puis par Renaldo Blackman. Vladimir Radmanovic semble s’y être installé depuis quelques saisons, entre banc et cinq majeur, mais ce n’est pas probant. 

Pour les intérieurs, même s’ils ne sont restés que quelques mois, on va parler des Twin Towers. Commençons par Patrick Ewing. Il n’est resté que 6 mois, mais il a permis à San Antonio de passer d’équipe éliminée au premier tour à une des meilleures équipes de la Ligue et qui finira en finale NBA. Le rookie Abdur-Rahim au premier tour, mangé. Joe Smith au second, dominé, Detlef Schrempf en finale, écrasé. Mais Shawn Kemp était trop fort en finale NBA, et San Antonio est passé tout proche de son premier titre NBA. Derrière, on peut relever les noms d’Antawn Jamison, qui a passé trois très belles saisons à San Antonio, dont la dernière à plus de 20 points qui lui valut une place au All-Star Game. Lamar Odom a passé deux saisons dans le Texas, Eddie Griffin y est depuis 4 saisons. Mais le meilleur ailier-fort des Spurs, c’est clairement Kevin Love. Le 3ème choix de la Draft 2008 a remis les Spurs sur la carte NBA avec déjà deux sélections au All-Star Game (plus un titre de Rookie of the Year et une place en All-NBA Third Team), et avec lui, San Antonio espère enfin retrouver les playoffs. 

Si Patrick Ewing n’a pas réussi à entrer dans le cinq majeur, son compère David Robinson n’a aucun souci pour s’y faire une place. Présent dans l’effectif deux saisons seulement, il est quand même All-Star et All-Defensive Second Team, et a mené l’équipe en finale NBA. A part lui, les pivots n’ont pas brillé à San Antonio, que ce soit Matt Geiger après le départ de David Robinson, Scott Pollard pendant deux ans, Mehmet Okur drafté par les Spurs avec le 7ème choix de la Draft 2002 et qui a disputé deux saisons sous les couleurs de San Antonio, Jermaine O’Neal qui est allé dans le Texas deux ans, ou plus récemment Marcin Gortat et Reggie Evans. Le boss, ça reste David Robinson

Sur le banc, le duel se joue entre les deux All-Stars Andre Miller et Antawn Jamison, et avec Wesley Persons et Patrick Ewing, titulaires lors des finales 1997 avec soit une longévité importante (Persons), soit un rôle d’option offensive (Ewing). Les quatre peuvent être un choix légitime. Personnellement, c’est Wesley Persons qui a ma préférénce, car il mixe longévité et résultats. Ses performances individuelles sont inférieurs aux trois autres, mais lui a joué les playoffs, et lui est resté plus de 6 mois à San Antonio. 

Récapitulatif : Gilbert Arenas / Jason Richardson / Eddie Jones / Kevin Love / David Robinson – Wesley Persons 

· Utah Jazz : 

Liste des GM : Kaboum97 (1995-1996), Filipe77 (1996-2006), DWade (2006-…) 

Autre modèle de régularité avec 12 qualifications consécutives en playoffs, le Jazz n’a pas apprécié la Fantasy Draft, qui l’a conduit à un sweep au premier tour puis 5 saisons consécutives sans playoffs. Mais Utah s’est lentement reconstruit pour redevenir compétitif, avec en prime cette saison 2002-2003 où le Jazz parvient à atteindre les finales de conférence en étant 8ème à l’Ouest. Deux demies plus tard, et la franchise lança une nouvelle reconstruction avec l’arrivée d’un nouveau GM, qui permet à Utah de retrouver les playoffs cette saison pour y être compétitif. 

Très peu de meneurs sympas sont passés par Utah au fil des ans. Depuis 6 mois, c’est Mike Bibby qui est le titulaire, mais il est là depuis trop peu de temps pour être plus qu’une mention. Kenny Smith a occupé le poste de meneur les deux premières saisons, puis Brevin Knight l’a été deux saisons avant d’être échangé à Minnesota. Baron Davis a ensuite été titulaire pendant près de 4 saisons où il a été catastrophique, le fait qu’il ait été choisi avec le 3ème choix de la Draft 1999 fait de lui l’un des pires busts de ces dernières années. Il s’est fait sortir du cinq majeur par Earl Boykins (4 saisons à Utah), puis quand celui-ci est parti à la Free Agency 2002, par Earl Watson qui sera le titulaire d’Utah lors de la finale de conférence de 2003. Après son depart, c’est le désert, et on a vu défiler Willie Solomon, Steve Francis, Tyronn Lue ou encore Will Bynum, jusqu’à l’arrivée de Mike Bibby à l’été 2009. Difficile de sortir un nom dans cette médiocrité. On va prendre par défaut Baron Davis, le meneur avec le plus de matchs joués sous le maillot du Jazz (315 matchs) et le 2ème meilleur passeur d’Utah ces 15 dernières années (1 374 assists). Comme quoi, on peut être un bust et être dans un cinq majeur All-Time. 

Le poste d’arrière n’est pas particulièrement plus fourni. Et pourtant, ça avait bien commencé avec Mitch Richmond qui est resté une saison à 20 points par match et qui a qualifié le Jazz pour les playoffs (sweep au 1er tour face aux futurs champions). Sauf que son départ a entrainé la chute de l’équipe, qui a pu rebondir avec le 2ème choix de la Draft 1997 en la personne de Tracy McGrady. Il ne va rester que 3 saisons, dont 2 où il finira au All-Star Game. Il finit également All-NBA Third Team dès sa saison rookie, mais il ne parviendra pas à faire les playoffs avec Utah. Il est échangé à Las Vegas en échange de Jamal Mashburn, qui va occuper le poste de titulaire pendant 3 saisons, dont une où il sera All-Star. Ensuite, le poste s’est partagé entre Quentin Richardson, Roger Mason et Keyon Dooling. Quand ils sont tous partis en 2006, le poste a été laissé vacant avant d’être repris par Marco Bellineli, puis depuis cet été par Leandro Barbosa. Mais le meilleur arrière qu’à connu Utah, c’est bien Tracy McGrady, trop tôt parti de l’Utah… 

Le poste d’ailier, par contre, se résume en un duel entre Paul Pierce et Kevin Durant. Le premier a été titulaire pendant 8 saisons. C’est le 2ème joueur avec le plus de matchs disputés sous les couleurs de l’Utah avec 656 matchs, meilleur scoreur (12 074 points), meilleur passeur (1 975 assists), meilleur intercepteur (821 steals). Il a été une fois All-Star et All-Defensive Second Team seulement, mais ça ne l’a pas empêché de disputer 4 fois les playoffs avec Utah, dont une fois jusqu’en finale de conférence. Kevin Durant est de son côté le visage de la franchise depuis 3 saisons. Il cumule déjà 3 All-Star Games, une place en All-NBA First Team et une autre en All-NBA Second Team, mais ne va découvrir les playoffs que cette année. Pour le moment, Paul Pierce a de meilleurs résultats collectifs et une plus grosse empreinte individuelle et va rester le titulaire à ce poste, mais l’avenir appartient à Durant. Outre ce duo, on peut mentionner Johnny Newman, titulaire lors des deux premières saisons, Tracy McGrady qui y a joué une saison, et puis certains arrières déjà mentionnés comme Quentin Richardson. 

Chez les ailier-forts, pas trop de discussion à avoir tant Marcus Camby est au-dessus du lot. Arrivé en échange de Tracy McGrady, il va jouer 5 saisons à Utah, les plus belles collectivement de ces années post-Fantasy Draft. Il va cumuler 3 sélections au All-Star Game, trois nominations en All-Defensive First Team et même recevoir un DPOY en 2004-2005. Son apothéose individuelle reste ce Game 7 de 2003 contre les Warriors en demi-finale, où il va peser de tout son poids avec 21 points, 21 rebonds et 11 blocks sur la tête de Golden State, dépassé. Seul les Scorpions parviendront à mettre un terme au beau parcours des Jazzmen cette année-là. A part Marcus Camby, on peut nommer Tom Gugliotta, présent pendant 2 saisons au début de la reconstruction post-Fantasy Draft, puis Brad Miller, qui est resté deux saisons avant de se faire drafter avec T-Mac aux Scorpions. Antonio McDyess a aussi tenté sa chance à Utah, mais l’expérience a tourné court. Et depuis quelques mois, c’est Troy Murphy qui occupe le poste. 

Si vous pensiez qu’il n’y avait pas de concurrence au poste d’ailier-fort, attendez de voir le poste de pivot. Laissez-moi le temps de vous présenter Erick Dampier : 10 saisons et demi, 816 matchs (1er), 9 005 points (2ème), 8 157 rebonds (1er), 1 602 blocks (1er). Une seule récompense individuelle notable, une place en All-Defensive Second Team en 2005-2006. Il a aussi été meilleur rebondeur de la Ligue en 2001-2002. Mais une longévité hors norme, de quoi lui assurer très largement une place de pivot titulaire. Tant pis pour Marc Gasol, auteur d’une belle saison rookie dans l’Utah. Ou de Yao Ming, son remplaçant depuis l’intersaison 2009 et All-Star cette saison. Ou de Raef LaFrentz, 6th man du monstrueux duo inside pour trois saisons. Ou encore de Chris Andersen, son remplaçant pour 4 saisons dans ce rôle en sortie de banc. Ou enfin de Vlade Divac, le premier pivot titulaire pour deux saisons. 

Pas de surprise pour le rôle de remplaçant. Si Kevin Durant n’arrive pas (encore) à avoir une place dans le cinq majeur au détriment de Tracy McGrady et Paul Pierce, il est indéboulonnable sur le banc. Qui d’autre peut se targuer d’avoir été triple All-Star sous les couleurs du Jazz ? Dès la saison prochaine, il pourrait échanger de rôle avec Tracy McGrady. Pour certains, c’est déjà fait. 

Récapitulatif : Baron Davis / Tracy McGrady / Paul Pierce / Marcus Camby / Erick Dampier – Kevin Durant

Funkyfreaky

Funkyfreaky

GM des Vancouver Grizzlies

Une pensée sur “Hannibal à 15 ans : les 5 majeurs All-Time, épisode n°4

Laisser un commentaire