Année charnière pour Portland

L’année qui arrive sera déterminant quand à l’avenir de la franchise.
Petit récapitulatif de ce qu’il s’est passé.

Complètement dominés en fin de Game 6, Portland sort au premier tour

Déception totale en playoffs, Portland, qui avait pourtant pris l’avantage 2-0 dans la série, se fait totalement renverser et enchaîne 4 défaites de suite contre Vancouver. Le duo PG-Giannis a été trop fort, bien appuyés par un Orlando Johnson surprenant et un Andrei Kirilenko pas encore totalement cuit.
Sorti au premier tour, l’été s’annonçait plus qu’incertain. Trevor Ariza, Johan Petro, Eric Gordon, Kyle O’Quinn, Ramon Sessions. Une énorme partie du roster sera sur le marché l’été et impossible pour la franchise de conserver tout le monde.

Une Free Agency très mouvementée

La franchise décide de ne conserver quelques cap holds avec pour ambition de profiter de ses 25 et quelques millions de cap pour signer un FA avant de resigner ses anciens.
La franchise jette son dévolu sur Luol Deng, ailier polyvalent qui apporterait un boost non-négligeable à l’aile. Le contrat est balancé, presque 100M sur 4 ans avec une Team Option. Malheureusement, les Bulls ont décidés de se lancer dans des négociations avec tous les anciens Blazers, forçant la main de la franchise qui se voit obliger de prolonger Eric Gordon d’abord. Pas de Luol.
Sessions est lui conservé au prix fort. Petro, l’homme aux 20 millions, reviendra pour un contrat minmum.
2 joueurs se feront la malle : Ariza aux Bulls qui n’avait pas reçu d’offre de Portland et O’Quinn qui prendra un max aux Suns et refusera le contrat de 75 millions sur 5 ans proposé par la direction.
La Free Agency fut productive malgré ces quelques déceptions : Luke Ridnour, PG expérimenté, accepte d’être le back-up de Sessions. Orlando Johnson, ennemi juré, rejoint également la franchise pour occuper un poste de bencher. Steven Hill apportera quand à lui sa densité défensive au poste de pivot.

Quelle sera la tactique pour l’an prochain ?

Comment la saison va être abordée ?
Les options sont multiples pour la franchise. Le back-court sera le plus simple à gérer, Sessions et Gordon occuperont les postes de titulaires et le duo Ridnour-Johnson prendra le relais en sortie de banc.
Le reste est plus nébuleux.
Le coach veut tenter de faire jouer Michael Beasley pivot. Le joueur n’est pas un excellent rebondeur mais l’expérience vaut le coup d’être tenté, la capacité de stretcher au poste de pivot et son avantage de vitesse pourrait lui permettre de dominer le poste, surtout dans une conférence libérée d’un des seuls gros pivot de la ligue, Roy Hibbert parti aux Celtics. Un poste bien moins dense que celui de Power Forward occupé en temps normal.
Cette configuration verrait Webster titulaire en 4 aux côtés de Danuel House, rookie de 25 ans. Dudley sortirait alors du banc entre les deux postes et Johnson viendrait prendre quelques minutes en SF.
Si Beasley retourne en PF dans la saison, les options restent multiples pour le coach qui aura à sa disposition une tripotée d’ailiers polyvalents capables de jouer beaucoup de postes.

Quelle sera la combinaison gagnante ? Bonne question.
L’heure tourne pour la franchise de l’Oregon, en cas de nouvelle déception en playoffs il n’est pas impossible que de grands changement s’opèrent l’été suivant.

Une pensée sur “Année charnière pour Portland

Laisser un commentaire